الخميس، 3 نوفمبر، 2011

Vue de ma fenêtre





Vu de ma fenêtre je vois
Les ruines de zaba
Un vieil établissement 
Aujourd'hui sans nom
Délaissé, désemparé
ravagé par la révolution


Vu de ma fenêtre je vois
Des étudiant .. es
Enfants gâtés d'une faculté privée
privilégiés de la société
Je les entends crier
des cris de fille 
Je ne sais pas ce qui les a pris
Elles me dérangent quand je prie..



Vu de ma fenêtre je vois des étudiants fumant
se prélassant durant la pause, souriant
parlant à trois, à deux, à seul, songeant ..
Je suis là mais ils ne me voient pas
Ils ne me voient jamais ..
Ils n'arrivent même pas à me regarder
Ils sont trop occupés à .. rêver
Moi j'ai arrêté de rêver, j'ai plus 20 ans..


Ils ne me regardent pas ces étudiants
Quand on est jeune on voit plus loin que le bâtiment
d'en face, on regarde très loin vers l'horizon
On ne voit pas cette fille
qui dans son bureau luxueux sans âme faiblit
décide de tout lâcher à chaque instant
décide de prendre enfin le volant
de sa vie de martyr .. 
pour réfléchir un moment !


Vu de ma fenêtre je vois des mains qui s'agitent
des femmes qui blasphèment, des hommes qui s'irritent
des klaxons déchaînés, des con .. ducteurs qui se disputent
Et ce jeune commerçant exaspéré, ne souriant jamais
Vu de ma fenêtre je vois ce vieil alcoolique me demandant l'heure
Non je ne te répondrai pas cette fois-ci pauvre diable
la première fois c'était juste une erreur... horreur
De voir cette tête misérable et blanchie 
se cramponnant aux portes de l'interdit..


Vu de ma fenêtre j'entends des cris.. 
Des cris de femme appelant au secours
des jambes qui courent.. qui courent comme toujours
derrière un voleur, 
derrière  un fantôme
derrière l'amour


Vu de ma fenêtre je vois des étudiants passer des examens
cette fois je me sens mieux c'est certain
Je suis contente d'avoir dépassé tout ça
Mais demain ils ne seront plus là ..
Grâce à eux je vois courir le temps
Un an, deux ans déjà !


Vue de ma fenêtre je me vois
Je me sens, je me sais
Je sais qu'il est temps pour moi aussi de prendre congé
Que je ne peux plus jouer ce rôle que je déteste
Qu'il est temps pour moi de reprendre ma veste 
Je décide de retourner à la base..
A la vie, à mon ardoise
Et d'y graver en lettres bien grasses : Liberté !




Vu de ma fenêtre, désormais,
J'entends les oiseaux chanter
Des enfants agités,  vers leurs écoles s'en aller
Désormais je sais utiliser une boussole
Dieu m'a indiqué le chemin du Nord
Et vers le Nord je m'envole
Tel un phénix renaissant de ses cendres
Envoyant valser l'initiative, le pdp et le pôle


Vue de ma fenêtre
Je ne suis plus l’infatigable fatiguée
Je marcherai, je courrai s'il le faudrait
Sans jamais m'arrêter
Ah me voilà ! Je rêve déjà !
La vérité est que :
Je m'arrêterai surement, par moments
Essoufflée par tant d'injustice et de contre courants
Par tant de mensonges, de coups bas, de déceptions
Ou je vivrai seule telle un démon
Un mort vivant
Car la société me décevra toujours
et tous ces menteurs me fatigueront 
Je prendrai donc une pause comme mes étudiants
j'en aurai besoin, surement


Puis les gens me décevront encore
Parfois amis, parfois ennemis, ou simples inconnus
Je serai trahie, je serai déçue
ou rejetée
Enfant terrible de la génération désenchantée


Vu de ma fenêtre je vois le rêve
Malgré la brume, la route à chaos pleine de cachots
On émergera, on vaincra, inchAllah
Vous vous dites mais qu'est-ce qu'elle a ? 
A jouer avec nos sentiments ?
Parfois émue, parfois triste, parfois souriant
Mes chers ça s'appelle de la manipulation
Parce qu'on pourra me tuer, je porterai toujours le voile
Je porterai ma religion, l'islam j'en raffole
Je ne suis pas naïve encore moins folle
Je ne suis pas soumise, ni une frivole
C’est juste que de vos dépassements, de vos manipulations, j'en ai ras le bol
Alors restez sages  ou je vous colle une colle
Épargnez moi  le spectacle désolant de vos enfantillages 
Terrible héritage de tant d'années d'esclavage


Vu de ma fenêtre 
J'ai les pieds au sol et la tête dans les nuages 


Vu de ma fenêtre je vois de l'espoir
un long combat et au bout,  la gloire


Dans le mot révolution il y a rêve
Un rêve a commencé déjà
Mais la vraie révolution est à venir
Je la perçois, je l'aperçois, je la hume, tout sourire ..




Inspirée par le titre de Grand Corps Malade
C'était là "vue de ma fenêtre" par Grande Gueule Bavarde
PS. la fenêtre dans la photo est authentique, chez moi il fait très beau parfois :)

هناك 5 تعليقات:

  1. J'ai regardé tes Libellés en esperant trouver "coup de blouse" mais nan ... tant pis !

    Joli texte, avec beaucoup d'émotions et beaucoup de sincérité, même si je n'ai pas apprécié certains passages (j'ai le droit ? :p ) ...

    Baisse pas les bras, et que Dieu te guide sur le chemin de la droiture, Salam :-)

    ردحذف
  2. @ Wael : lol bien sûr que t'en as le droit, je suis juste curieuse de savoir quels sont ces passages que t'as pas aimés :D

    Et le coup de blues je l'ai eu, un gros même, late at night :p

    Merci frérot je te souhaite de même, wa alayka al salem wa rahatou Allah wa barakétou ^^

    @ Amen Allah : j'y crois pas ! t'es là ? lol mar7bé bik et merci pour le feedback

    J'ai écrit une note pour toi quand tu as été injustement arrêté .. je sais pas si tu connais :)

    ردحذف
  3. bcp 2 fautes et expressionn très très bcp laide
    merit 1 0 mé jvé te donné 0.5 pour l'effor

    ردحذف