الثلاثاء، 29 ديسمبر، 2009

Entretien avec John Lennon

John : Imagine there's no heaven, it's easy if you try, no hell below us, above us only sky,
Primavera : non, ce serait trop triste !
John : Imagine all the people living for today...
Primavera : pas la peine d'imaginer, c'est déjà le cas de la majorité, les gens vivent pour le moment, ils croquent la vie à pleines dents sans se soucier des conséquences, sans songer à l'avenir, sans se faire des remontrances, ils font plein de bêtises, d'injustices mais chose curieuse ils ont confiance !
John : Imagine there's no countries,
Primavera : alors il n'y aura plus de matchs de foot, plus de coupe du monde, plus de jeux olympiques, mais alors que feront les peuples du tiers monde pour se divertir ? Non John c'est hors de question, tu veux nous ôter cet ultime plaisir de se disputer à cause d'un ballon derrière lequel court 22 hommes suant et haletant sur lesquels se posent les regards et les espérances de deux peuples comme si l'avenir du pays en dépendait ? Non non, ça je ne peux l'imaginer ! Et puis à la télé de quoi allons-nous discuter ? de politique ? c'est compliqué et puis c'est pas à la portée de tout le monde hein t'es d'accord ? alors nous allons parler de quoi ? de science ? c'est encore compliqué et tellement ennuyeux ! Bon il y a la musique aussi, mais rien ne peut remplacer le foot je te dis, les pays on en a besoin rien que pour ça et pas pour autre chose !
John : It isnt hard to do,
Primavera : si si c'est très difficile comme situation, c'est même impossible, je viens de te l'expliquer !!
John : Nothing to kill or die for,
Primavera : then there will be nothing to live for either, la vie ne vaudra plus la peine d'être vécue, tout ce qui a de la valeur va disparaitre, même l'amour ! car crois-moi beaucoup ont tué par amour (le jour où ils ont surpris leur femmes dans les bras d'un autre), beaucoup sont morts parce qu'ils ont attrapé le virus de l'amour, l'amour du pays (indispensable pour qu'il y ait des matchs de foot), de la patrie (bon ça n'a plus trop de sens de nos jours), d'une cause (du genre 100000 voix pour que Metallica vienne en Tunisie), ...
John : and no religion too,
Primavera : attention on ne joue pas avec ça, la religion j'y tiens trop et puis c'est pas la faute de la religion, c'est le vice de l'homme qui gâche tout, la religion est faite à la base pour garantir l'harmonie, l'entente et la paix entre les hommes, mais ce sont les humains qui l'ont stigmatisée, instrumentalisée pour servir leurs propres intérêts ! et puis crois-moi John même si tu leur enlèves la religion, ils trouveront 1000 autres raisons pour se battre et s'entretuer, c'est le propre de l'homme, certains sont méchants, vils de naissance, enfin bref c'est tellement plus compliqué que ça, "plus de religion" tu parles !
John : Imagine all the people living life in peace...
Primavera : non ce serait ennuyeux quand même, et puis tu veux signer le contrat de mort des marchands d'armes ? tu sais combien de gens y gagnent leur pain ? et puis tu sais people love drama, la paix, le bonheur, la prospérité c'est assez ennuyeux, ça vend pas des journaux, les gens ont besoin de lire les malheurs des autres pour se sentir mieux par rapport à leurs, misérables existences, c'est égoïste certes, c'est terrible même mais c'est comme ça, on a besoin d'action, d'accidents, de rebondissements, tiens de guerres surtout ! quitte à imaginer tout un prétexte pour ce faire ! bon les exemples ne manquent pas mais je veux bien m'attarder sur le cas Bush Junior, oui celui qui a failli se choper une chaussure en pleine gueule ! bah lui il a tapé fort hein ! il a imaginé et mis en œuvre tout un scénario diabolique qui commence par le meurtre d'une partie de son peuple et qui finit avec la guerre en Iraq et en Afganistan, une 3ème guerre mondiale en fait mais qui se déguise sous le nom de guerre contre le terrorisme, enfin je suppose que les milliers de soldats américains qui ont trouvé une mort atroce t'ont déjà raconté cette histoire ...
John : You may say I'm a dreamer
Primavera : non pas seulement un rêveur mais aussi un psychopathe, je suis désolée John d'ailleurs t'as été assassiné par un psychopathe qui t'aimait bien pourtant, je sais pas ce qui l'a pris !
John : But I'm not the only one
Primavera : oui ça c'est sur, t'es pas le seul taré de la planète, mais ils sont devenus encore plus nombreux aujourd'hui, et chose curieuse c'est eux qui mènent le monde, des présidents skyzophrènes, psychopathes, voire même criminels, des leaders complètement déconnectés de la réalité de leurs peuples bah y a que ça aujourd'hui !
John : I hope someday you'll join us and the world will live as one.
Primavera : non pas envie, je suis trop intelligente pour ça, les rêves impossibles je les laisse pour la nuit quand je suis sous la couette et que le sommeil veut bien me faire l'honneur de sa visite !
John : Imagine no possesions, I wonder if you can,
Primavera : alors il n'y aurait plus de St Valentin, de fête des mères, des pères, des grands-mères, des arrière-arrière-arrières grands-pères, toutes ces fêtes commerciales nécessaires pour la survie d'une économie déjà souffrante ? Et puis encore une fois c'est pas réaliste John ! Tout le monde n'aura rien mais tout le monde aura tout ? non le communisme c'est nul un échec total et complet !
John : No need for greed or hunger, a brotherhood of man,
Primavera : va dire ça aux grands capitalistes cupides et assoiffés d'argent qui tous les jours déversent des tonnes de nourriture dans l'océan pour maintenir des prix élevés alors que chaque 3 secondes un enfant africain meurt de famine ou de mal-nutrition !
John : Imagine all the people sharing all the world...
Primavera : pas besoin d'imaginer c'est le cas : les gens ont partagé le monde, mais je suis pas sure que le partage est très juste ! Ceux qui ont déjà le plus gros morceau veulent encore plus, et paradoxalement ceux qui ont vu leur part initiale diminuer continuent à perdre du terrain, un exemple ? je te donne le meilleur : la Palestine tu connais ? il était une fois c'était un pays, comme les autres jusqu'au jour où les anglais ont décidé de le vendure aux sionistes ! depuis , la carte de la Palestine n'a jamais cessé de changer, mais bon on s'en fou tant qu'on suit les événements sur notre télé LCD dernier cri, confortablement installé dans un canapé , un paquet de pop corn à la main et puis que peut-on faire ? il faut attendre Saladin, il a tardé à venir mais je suis sure qu'il viendra, en attendant on reste sage, on mange des cacahuètes et on ne bouge surtout pas !
John : You may say Im a dreamer, but Im not the only one,
Primavera : bah oui je te l'ai déjà dit, t'es pas le seul à rêver John, mais rêver ça n'a jamais changer les choses !
John : I hope some day you'll join us, and the world will live as one.
Primavera : je te l'ai dit pas envie John ! j'ai pas envie de faire un rêve impossible, j'ai pas le temps pour ça! mais bon tu as le mérite d'avoir composé une très belle chanson, beaucoup l'ont repris après ta mort, mais t'inquiète c'est ta version que je préfère, et malgré tout ce que je t'ai dit, je suis un peu comme toi au fond, j'aime bien rêver par moments, mais aujourd'hui j'ai peur de trop rêver, car au réveil, la chute risque d'être douloureuse, et des chutes comme ça je n'en veux pas!
John : Imagine there's no heaven, it's easy if you try, no hell below us, above us only sky,
Primavera : et le voilà qui repart de plus belle ! non j'ai assez écouté la chanson pour aujourd'hui ! adieu John !

الأحد، 27 ديسمبر، 2009

J'ai honte !

Samedi 27 décembre 2008, une journée ensoleillée, il faisait beau, je me suis réveillée le matin tout excitée à l'idée de rencontrer des forumiens que j'ai connus sur la toile. Pour la première fois j'allais découvrir ces visages qui se cachent derrière les pseudonymes, serrer ces mains en chair et en os qui m'ont écrit tant de messages en tapant sur leurs claviers ! je suis allée à leur rencontre le cœur battant, je me disais que penseront-ils de moi, suis-je assez belle, agréable, pas trop laide enfin ? Mais finalement ça s'est bien passé, ils étaient tous très gentils et surtout ils ne m'ont pas accablé de regards insistants ! De toute façon ils n'en auraient pas eu le temps puisque je ne suis restée qu'un quart d'heure car ce jour là on avait des invités à la maison. Je suis rentrée soulagée d'avoir fait cette "expérience" sympathique, la journée s'est écoulée paisiblement, on a mis de la musique, on a dansé avec mes sœurs, c'était l'hilarité générale !

Mais à la nuit tombée, mon beau-frère est venu et il a dit cette phrase fatidique : "Avez-vous vu ce qui s'est passé aujourd'hui à Ghaza ? plus de 200 palestiniens sont morts !" et c'était comme si le temps s'est arrêté : ouvrant de grands yeux étonnés je lui ai lancé un "c'est vrai ?" idiot, sans intérêt et sans attendre sa réponse j'ai couru vers la télé, cet engin que j'ai abandonné ou presque depuis mon addiction au net, et en appuyant sur une seule touche, la laideur de la réalité m'a frappée en pleine figure, c'étaient des images atroces, ce sang qui coule, ces centaines d'hommes éparpillés sur le sol, cette tête sans corps qui surgit des décombres, ce visage plus monstrueux qu'humain qui vous regarde de ses yeux déjà morts,... alors je me suis effondrée, je n'ai pas cru mes yeux, je n'arrivais pas à croire qu'au moment même où j'étais contente de cette belle sortie matinale, contente des rayons du soleil qui me réchauffaient le coeur et le corps, des hommes palestiniens ont trouvé une mort violente, terrible, atroce, prématurée ! au moment où je passais d'excellents moments avec ma famille, que je dansais, que je faisais la fête, les hôpitaux de Ghaza étaient submergés par ce flot de sang et de mort, par ces corps plus morts que vifs, ces membres brûlés, déchiquetés, ces enfants affolés, ces familles torturées par l' angoisse de perdre un être cher, ... tout un spectacle que je ne saurais décrire ! Alors j'ai eu honte de mon insouciance, de ma petite vie de jeune fille gâtée, de mon impuissance ... et aujourd'hui un an plus tard, jour pour jour, j'ai toujours aussi honte ! C'est même devenu pire !

Aujourd'hui j'ai honte chaque fois que j'ouvre le robinet et que l'eau coule à flot car à Ghaza les gens n'ont pas d'eau potable, ils n'ont pas d'eau saine pour préparer le repas, laver le linge ou prendre une douche ! J'ai honte à chaque fois que j'ouvre le frigidaire et que je le trouve garni de toutes sortes de produits alimentaires, car à Ghaza les gens n'ont pas de frigidaire c'est que leur maison a été détruite et ils s'estiment heureux de trouver refuge chez des proches ou des voisins qui ne sont pas tellement plus fortunés qu'eux mais dont l'habitation déjà précaire a juste échappé à la machine infernale de guerre, d'ailleurs même si ces palestiniens avaient un frigidaire je ne vois pas qu'est-ce qu'ils pouvaient y mettre dedans ! J'ai honte chaque fois que je me glisse sous les draps, que je me couvre le visage et que je jouis de cette sensation douce de chaleur car quelque part à Ghaza des gens ont froid, ils n'ont pas assez de couvertures, de lits, ils n'ont pas de chauffage, ils n'ont même pas assez de vêtements pour se protéger contre les brises glaciales de l'hiver ! Oui j'ai honte chaque fois que je mange à ma faim, chaque fois que je bois à ma soif, chaque fois que je prend une douche, chaque fois que je VIS enfin parce qu'ils ne vivent pas eux, ils SURVIVENT tant bien que mal ! J'ai honte car j'ai vu ces enfants palestiniens se plaindre de la vie qu'ils mènent ! Cette petite fille qui malgré ses cinq ou six ans était dans un état d'indignation et de rage digne d'une personne adulte !! Et justement les enfants de Ghaza ne sont plus des enfants, on les a "adultisés" prématurément, on leur a volé leur enfance ! Et c'est ce qui me déchire le cœur plus que tout car l'enfance est à mes yeux la plus belle période de la vie ! Or les enfants de la Palestine en sont privés ! Ils ne pensent même plus à jouer trop occupés qu'ils sont à survivre ! L'odeur du gaz dans leurs vêtements, dans le semblant de nourriture qu'ils ont, dans l'eau, dans l'air leur empoisonne la vie, les étouffe ! Ils ne rêvent plus comme tous les enfants de leur âge ! Ils attendent juste le jour où ils seront assez grands pour devenir des combattants !! Pour se faire exploser dans un restaurant isarélien, pour venger la mort d'un père, d'un frère ou de toute une famille !



Mon Dieu j'ai honte au point de perdre les mots, je me force à écrire même si je n'en ressens plus le besoin ou devrais-je dire l'utilité ! Car les mots ça n'a jamais nourri un enfant, les larmes ça n'a jamais ressuscité un mort, ... d'ailleurs aujourd'hui je n'ai plus de larmes, je n'ai plus de mots, je n'ai plus que ma honte qui me hante, me torture, me tourmente ! Et au final j'ai honte d'avoir toujours honte !