Voyage en train, direction le coeur

Pour la première fois de ma vie, je me retrouve dans un train en direction de la "perle du Sahel", pour rendre visite à la perle de mes amies, pour voir ma Lili. C'est une fille que j'ai connue depuis quelques années sur un forum, mais notre amitié remonte à un peu plus d'une année. Je me rappelle du premier coup de fil c'était au mois de Ramadan, l'avant dernier, j'avais osé.. je voulais faire la connaissance de cette voix qui commençait à prendre toute cette ampleur déjà, je voulais entendre l'écho de mon amie, passer du virtuel à un semblant de réel et de vie..

Passent les mois, ma Lili décide de sauter le pas, elle allait venir jusqu'à moi, à Tunis, où je travaille, c'était aux premiers mois de la révolution. Elle était bouleversée par le spectacle désolant de l'avenue Habib Bourguiba, champ de guerre, encore hostile, et barbelés .. j'étais ravie de faire la connaissance de cette enveloppe extérieure d'une personne extraordinaire, mais le temps hélas nous manquait, il a fallu que je rejoigne mon bureau désolé, où je n'avais plus rien à faire désormais ..

Deuxième rencontre cette fois à trois dans la belle, l'incontournable Sidi Bou Said. Au café des délices nous nous sommes installées, c'était un moment de détente entre amies, comme je ne l'avais jamais espéré. Je découvre une Rima très gentille et une Lili charismatique, voilà ma conclusion sur le chemin du retour, quand le train de la banlieue nous emmenait vers un nouvel adieu, c'était le compte à rebours ..

Adieu ? Pas si sûr ! J'allais revenir  ou plutôt venir. J'avais décampé de Tunis, désormais je travaille à Bizerte et j'ai plus de temps libre que prévu, c'est l'effet révolution, destruction,... Mon amie m'invite à lui rendre visite chez elle, elle a tout prévu, elle m'a installé un lit près d'elle, près de ma Lili, .. Pourtant j'étais stressée, paresseuse invétérée, je redoutais le voyage, le lever tôt, j'hésitais entre bus et train, de toute façon je n'ai plus le choix, j'ai raté le premier, va pour le second.


Je m'installe, j'ai un bon livre, "ce que le jour doit à la nuit", jambes croisées, je baisse les stores, j'avale les lignes de ce roman accrocheur, je croque dans ma pomme, je suis enchantée, il n'y avait que l'angoisse de rater ma station qui me gênait, et aussi mes habits, il faisait plus chaud que prévu, mais qu'importe ! Arrivée enfin je la trouve, la même avec sa tenue rigoureuse et son sourire radieux, me prenant par le bras m'entrainant dans cette biblio, on s'offre deux livres et on s'en va direction la plage, la mer, on adore ! Le temps de prendre quelques photos, d'inspirer l'air frais, de jeter quelques regards obliques à l'encontre de ces couples mal intentionnés et puis on va manger ..

Fatiguées, on est rentrées à la maison, une très belle demeure vaste et blanche, d'être là ça m'enchante, ça me change. On pensait sortir à nouveau, mais on n'a pas vu  le temps passer à se raconter des histoires de filles, c'était charmant. J'avais le sentiment de remonter le temps à mes années d'étudiante, quand on se retrouvait entre filles dans une chambre à plusieurs lits.. Je suis une casanière de nature, je ne demandais qu'à rester dans l'abri de la casa à  Lili, je voulais juste profiter de sa compagnie, je me foutais de voir les sites touristiques, la mer, la beauté je les connais, je viens de Bizerte. Je suis venue pour voir ma Lili, pour la découvrir et mieux la chérir..

Et justement je l'ai découverte, loin du voile de mon écran, loin du bruit de la rue, dans l'intimité de sa chambre, j'ai découvert une personne très forte, une ancienne combattante, une étudiante en médecine encore marquée par les nuits blanches et les sacrifices des années d'étude, des mois de révision pour passer le concours de sa vie, un énième examen qui ne lui laisse pas de répit, je vois une personne fatiguée aussi .. fatiguée d'attendre un résultat décisif, fatiguée d'être au four et au moulin, d'assumer son rôle de tante, et de fille, fatiguée par ces débats à propos de .. célibat .. une fille marquée par les années et l'oubli ..

Car elle s'est un peu oubliée ma Lili en essayant de construire son avenir et sa vie, elle s'est consommée sans merci, pourtant elle est capable, intelligente et raisonnable, je la regarde et je vois une personne réaliste, terre à terre, pas vraiment sentimentaliste. Je regarde la Lili et je vois les marques de la solitude, la benjamine de trois garçons, malgré les photos du lycée où elle est toujours entourée de 4/5 amies, aujourd'hui, dans sa chambre elle est seule quand elle prie .. entourée de livres islamiques elle cherche le bonheur spirituel, avec des oeuvres psychologiques elle cherche à comprendre l'autre, à se découvrir soi-même, à maitriser le mode d'emploi pour réussir dans la société, pour s'en sortir avec le minimum d'incompréhensions, de malentendus, de déceptions ..

Une Lili raisonnable face à une Prima un peu fofolle, voulant s'aventurer dans la nature, prendre des photos dans de drôles de postures, pas question maman Lili lui oppose un non catégorique, mais elle a dit oui pour une croisière au port El Kantawi, l'homme qui nous a proposé son service était un chiite faisant du prosélytisme mal assumé, reniant les faits quand je l'ai arrêté net, mais ma Lili a été souriante et patiente, carrément charmante, elle l'écoutait, lui répondait, moi j'étais dégoutée, de ce menteur reniant les faits, fout moi la paix, va au diable espèce de "dérangé", laisse-nous respirer l'air enjoué de cette aventure qui se profilait à l'horizon de notre jeune amitié..

La croisière était tout simplement magique, c'était la deuxième fois que je faisais cette expérience, mais cette fois Lili était avec moi, voilà toute la différence. Une musique house très sympa, le soleil réchauffant nos coeurs, le vent défaisant nos vêtements, quelques touristes aux regards pas trop insistants, la mer bleue d'un bleu très bleu, un ciel décoré par quelques nuages timides et légers, voilà le menu, après l'engouement premier, on s'est assagies, assises par terre, on n'osait plus parler, chacune plongée dans ses méditations face à une mer étincelant sous les reflets luisants d'un soleil insolent pour cette fin de novembre 2000-onze ans.



J'ai passé d'excellents moments en très bonne compagnie avec Lili et son, mon amie le temps d'un déjeuner super bon, dans un resto où l'on toise les fumeurs, c'était un réel bonheur. La maman à Lili super gentille insiste pour que je reste, mais il fallait partir, aujourd'hui il pleut, et dans mon coeur il fait un peu bleu, partagée entre l'envie de retrouver les miens, ma Bizerte natale qui me manque chaque fois que je m'en éloigne trop, et l'envie de tenir encore compagnie à ma Lili qui attend, qui a peur, qui est seule dans cette vaste maison blanche, où ça sent bon le pain cuisiné par maman, ...

Le train va bientôt être là, le train est finalement toujours là jamais las de passer sous la fenêtre de Lila, on se dépêche, elle insiste pour tenir mes caisses, avec des cadeaux, dehors il ne faisait pas beau, Lili n'aime pas la pluie..  quand elle lui tombe dessus, elle est encore fatiguée, traumatisée par tant de souvenirs et de sacrifices à la faculté .. le train est en retard, puis il est là, son bruit annonçant un adieu prochain, ou un au revoir, on s'embrasse, on se sourie, et puis je me précipite vers la porte au loin, j'ai voulu me retourner vers elle pour la saluer une dernière fois juste avant de monter, comme dans les films, mais la fille derrière moi, me colle au dos, je monte déçue puis le train passe, je croyais que Lili était partie, mais non elle était là, elle ne bougeait pas, c'est comme si elle voulait s'assurer que son amie a trouvé une place, ce n'était pas le cas "hélas", j'étais très émue de la voir, debout regardant le train de ses yeux sévères, réalistes, de ce regard un peu triste ..

Je me suis avancée cherchant où m'installer, je me suis retrouvée en première classe, un compartiment trop chaud pour être classe, je m'installe, tant pis si le contrôleur arrive, je payerai la différence (aussitôt pensé, aussitôt fait) je reprends ma lecture, je croque dans mon roman, je pleure par moments, l'histoire est tellement écrasante, imposante, bouleversante. Arrivée enfin à Tunis, je déteste ce que je vois, ce que je sens, ce que je sais, .. enfin soulagée  j'arrive à Bizerte, j'envoie un texto à Lili, avant que mon téléphone ne succombe, et puis j'ouvre la Face de mon Book parce que désormais j'ai vu et humé cette Lili forte, charismatique, raisonnable, rationnelle mais fatiguée et seule comme je ne l'aurais jamais imaginé, car on n'en sait jamais assez quand on est  terré  derrière son foutu de PC. 

19 commentaires:

très beau ^_^

سَلَامٌ عَلَى الدُّنْيَا إِذا لَمْ يَكُنْ بِهَا صَدِيقٌ صَدُوقٌ صَادِقُ الوَعْدِ مُخْلِصَا

un bizou pour toi et un bizou pour Lili <3

 

salam :')

you made me cry, you know :bakeya:

and I just don't know what to say ...

Mille merci ma chère pour tout, je me sens maladroite en tapant ces phrases, je ne suis pas trop sentimentale :p
mais je suis émue, tellement émue que j'arrive pas à formuler quelque chose de "consistant"

j'étais très contente de te recevoir chez moi, maman aussi, mes belles soeurs, mes neveux, au point que Younes a voulu garder ton gant comme souvenir :p

c'était un vrai plaisir... une grande soeur que j'ai eu l'occasion de rencontrer... un peu tard, mais el 7amdou lilleh pour tout, it's never too late :) une désenchatée, assez enchantée, sympa, gaie .. un brin de "folie", qui te rend encore plus aimable, adorable :')

première partie :p ( 5ayfa la connexion t9oss :huhlol: )

 

@ Morjéna : très belle citation, tu étais avec nous d'une certaine façon lors de ce séjour tu sais :)

RAbi ydawem 3echretna :)

 

@ Lili : oh ma chère chui embarrassée moi aussi et ché pas quoi dire, je me contente largement de ça, pas besoin d'une 2ème partie :huhlol:

Rabi ynaj7ek w yfar7ek, je sais à quel point tu y tiens, inchAllah nkounou w no93dou a5wa fi Elleh <3

 

tu as découvert mon "darkside", et ça m'a tellement touchée :') j'aurais aimé que tu restes avec moi, j'ai eu du mal à faire sortir ton lit de ma chambre , 2 nuits c'était peu, mais c'était suffisant pour me réchauffer le coeur , tu l'as bien fait :)

j'aurais aimé t'écrire des notes, comme tu me le fais .. tu me gâtes trop , tu sais .. et je ne suis pas aussi forte , après ton départ, j'ai pleuré ... je ne sais pas comment te remercier, pour ta confiance, ton amour, ta générosité :') c'est trop pour moi , je n'y suis pas vraiment habituée ...
je te souhaite tout le bonheur du monde,
أحبك في اللّه، و ربي يظلنا بظله يوم لا ظل إلا ظله :') و يجمعنا في الفردوس الأعلى ، و جميع المؤمنين :')

excuse moi si ma réponse n'était pas à la hauteur de ton excellent article, mais je me sens boulversée ... tu me connais ;)
إن شاء نتلاقاو على قريب و السلام عليكم و رحمة الله و بركاته :*

@Morjena : merci bcp ma chère, winchAllah la prochaine fois, tu seras avec nous :*

 

très beau texte :)
Rabi y5alikom leb3adhkom w ydawem el 3echra binetkom :)

PS: vous êtes photogéniques :p

 

@ Primavera: oui j'étais avec vous lol jt'ai envoyé un sms 9otli tawa hani fi train, mba3ed 9otlek tu prends une photo avec Lili et tu me l'envois....still waiting for that pic :))

 

@ Lili: in cha' ALLAH ma chère :*

 

Lili : encore une fois tu me gates, tu t'exprimes merveilleusement bien, ça me rappelle tes premiers commentaires sur mon blog, je crois que j'ai pas besoin de trop m'exprimer là, tu sais le fond de ma pensée et de mon coeur .. émin :')

@ Wael : thanks, émin inchAllah, ey photogéniques 3alle55er :p

 

L'amitié se trouve rare, mais peut se trouver n'importe où.
J'ai eu l'occasion de trouver ma soeur de coeur il y a 5 ans... et nous nous sommes vu pour la première fois, il y a 18 mois. Explosion.
Il me reste une seconde amie à découvrir son visage... même si je la connais par coeur.

bonne continuation à vous deux, dans votre amitié!

 

@ Morjéna : I guess you're not waiting anymore :p

@ Tunisian Mum : qu'il fait bon de te retrouver chère amie, bonne continuation à toi aussi, tes visites me font toujours plaisir :)

Sinon je suis ouverte à la découverte :p

 

يقول صلى الله عليه وسلم: يا أيها الناس! اسمعوا واعقلوا واعلموا أن لله عز وجل عباداً ليسوا بأنبياء ولا شهداء يغبطهم النبيون والشهداء على منازلهم وعلى قربهم من الله. فقام رجل من الأعراب من قاصية الناس وألوى بيده إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال: يا رسول الله! ناس من الناس ليسوا بأنبياء ولا شهداء يغبطهم الأنبياء والشهداء على مجالسهم وعلى قربهم من الله؟! صفهم لنا يا رسول الله؟ فسر وجه النبي صلى الله عليه وسلم بسؤال الأعرابي، فقال صلى الله عليه وسلم: هم ناس من أفناء الناس وموازع القبائل لم تصل بينهم أرحامٌ متقاربة إنما تحابوا في الله وتصافوا في الله، يضع الله لهم يوم القيامة منابر من نور فيجلسون عليها فيجعل وجوههم نوراً وثناياهم نوراً يفزع الناس يوم القيامة ولا يفزعون، وهم أولياء الله لا خوف عليهم ولا هم يحزنون


اللهم لا حسد !!! :)

 

Merci pour ce rappel, nchAllah nkounou menhom :)

 

Ma Primevere,

Une fois encore bravo pour ce texte trés émouvant sur l'amitié. Une fois de plus je trouve que tu excelles quand tu laisses tomber tes combats "idéologico-religieux". Je pense que tu pourras faire une bonne écrivaine (nouvelle orthographe: la société évolue, la langue aussi) dans la langue "polluante" de Voltaire et de Molière.
En écrivant ces lignes, je crois me souvenir qu'un jour tu avais manifesté des regrets et presque une gêne de ne pouvoir manier tes deux langues"maternelles" avec la même aisance. Mais une peintre doit-elle être obligatoirement une bonne "sculptrice" (encore un mot à créer)?
A bientôt.

 

Mon ami l'inconnu, ton passage me réchauffe le coeur, cette note s'inscrit en effet dans l'esprit initial de la Désenchantée, mais je peux pas m'empêcher de commenter l'actualité de mon pays ou autre, chaque fois qu'il y a tellement d'injustice que j'en ai le souffle coupé et que ma seule échappatoire devient de m'exprimer.

Bref oui je suis au courant que le mot écrivaine existe, j'ai arrêté de me faire des illusions quand je me suis mise à lire ce roman de Yasmina Khadhra cité ci-haut, à coté de lui, je suis nulle en français lol, mais je ne laisserai pas tomber mon rêve, celui d'écrire un livre, un jour .. qui sait :)

Merci pour ta fidélité :)

PS. et "sculptrice" existe aussi je viens de le vérifier, c'est très délicat comme analogie :)

 

Despite the public nature of the context I feel like I am intruding while writing this comment. Your elegant and beautifully written article is in essence an intimate letter to a very dear friend. I commend you both on your friendship and wish you both the best .. By the way it's only in Tunisia where a perfectly beautiful cruise on a beautiful day is ruined by a talkative boat driver :)

LAX

 

Merci LAX ربي يفضلك

Non heureusement que le nosy agent est resté sur le quai hhh, son job à lui c'est d'attirer les clients, c'est tout ! Dieu merci on a eu droit à une croisière bien tranquille, que du bonheur الحمد لله :)

It's good to see you friend :)

 

:") larmes aux yeux en lisant l'article, que de gentillesse , d'amour et de générosité! ça m'a fait revivre des souvenirs d'amitié ..des amies que la vie m'a offertes mais a fini par les voler cruellement ...Que Dieu vous bénisse et qu'il vous garde cet amour pur et sain sans calcul sans rien de bas du monde des terriens ..rien n'est aussi cher que " Al 7ob fi ELLEH" ..

 

Ma chère Khaoula, je te réponds enfin, car si je me suis abstenue jusque là c'est de honte, chaque fois je me dis que c'est trop tard, mais comme il n'est jamais trop tard to do the right thing, alors me voila :D Je te remercie d'avoir partagé avec moi les sentiments suscités par mon billet, j'espère que la vie (c'est à dire Dieu) te consolera de tes "pertes" avec de nouvelles âmes soeurs qui te réchaufferaient le coeur et j'ose espérer en faire partie :)

Bisous

 

Enregistrer un commentaire