وإذا الموءودة سئلت





ليس من عادتي الذهاب إلى المسجد يوم الجمعة، لكني اشتقت إلى سماع خطبة مؤثرة وشافية عسى الله أن ينفعني  بها، اشتقت إلى الجلوس قليلا في بيت من بيوت الله، لم أكن أعلم أين سأجد ضالتي فاخترت الذهاب إلى واحد من أجمل وأكبر المساجد في المدينة، جامع التوحيد

                                    ذهبت مع خالتي، نزلنا من السيارة وحثثنا الخطى وسط الزحام والمطر ينهمر 

وقد هالني التجمع الهائل للمسلمين, اتخذنا مجلسنا في الطابق العلوي حيث انتشرت الأخوات المسلمات فهذه تصلي وتلك تسبح وأخرى تقرأ القرآن... كنت أشعر بالسعادة والإثارة وأمني نفسي بأن تكون الخطبة في مستوى هذا التجمع العظيم

كان مشهد آلاف المصلين يذكرني بموكب أعم وأعظم أكرمني ربي بشهوده في بيته الحرام.. كنت أقرأ سورة الكهف عندما سمعت صوتا مدويا يؤذن ببدء الخطبة

لم تكن النبرة تونسية، يبدو أن الإمام اليوم ضيف حل علينا من الأراضي السورية ,, أجل بلا شك,, هاهو يتحدث عن الإيمان الذي لا يكتمل إلا باهتمام المسلم بأخيه المسلم

وسمعت صوتا مجلجلا يسرد حديثا نبويا شريفا يخيل إلي أني أسمعه لأول مرة


كان وقعه على مسامعي عنيفا لأني في الحقيقة لا أهتم كثيرا لأمر المسلمين، أنا كما تغني ماجدة الرومي هواياتي   صغيرة واهتماماتي صغيرة

قليلا ما أبكي لهموم المسلمين ونادرا ما أفكر في ما يعانونه بل إني حتى اعتزلت التلفاز ونشرات الأخبار لأني أشفق على عيني مما ستقع عليه من فواجع وعلى قلبي مما قد يعتريه من الهم والغم وأنا كما يخيل إلي في غنا عن هذا لدي مشاكلي الصغيرة واهتماماتي الوثيرة والهواجس التي تعتريني من فئة خمس نجوم..


كانت الخطبة حول المعاناة السورية أو كما يسميها السياسيون بالأزمة السورية أما أنا فأسميها كارثة إنسانية وغلطة عظيمة جسيمة فظيعة تحدث أمام مرأى ومسمع من العالم

صحيح أن سوريا عرفت فواجع أعظم من هذه في ماضيها القريب والبعيد لكننا الآن في عصر التكنولوجيا والانترنات، لم يعد الأموات أرقاما هيهات بل صرنا نعرف أسماءهم ونرى صورهم وربما سمعنا أصواتهم وهم يستغيثون قبل الموت بلحظات، أصبحنا نرى وجوههم الواجمة الحزينة ونظرات أعينهم الشاخصة الباردة الدفينة، أصبحنا نرى الأطفال في ثياب نومهم الملطخة بالدماء ونرى بعضهم وقد صار أشلاء ونسمع عويل الطفل على جثة أبيه والبكاء، نرى كل هذا ولا نرفع أيدينا إلى السماء ولا نتوجه إلى الله ملحين بالدعاء 

أين أنا منك يا سوريا وأين أنا من هموم المسلمين جميعا في الأرض؟ وماذا سأقول يوم العرض؟ حتى الدعاء لا ولا عزاء؟

  ! يا رب الأرض والسماء اغفر لي تقصيري، سامحني على قلة وعيي وتدبيري

 ! آه ما هذا الصوت؟ المسجد كله يعج بالبكاء.. لقد وصل الانفعال بالإمام إلى حد الصراخ

 ! هذه ليست خطبة جمعية هذه صرخة مدوية هستيرية

 ! لن تنجح ثورتكم  في تونس إن لم تنجح ثورة سوريا

 ! ولن تنجح ثورة مصر إن لم تنجح ثورة سوريا

 !! أغيثوا سوريا أغيثوا سوريا أغيثوا سوووريا

خرجت  كما لو كنت في مأتم، آليت على نفسي المواظبة على الدعاء لإخواني المسلمين المضطهدين في جميع  الأرض، ومر الشهر تلو الشهر لكن دعاءي مع الوقت فتر، ولم يعد لوقع الخطبة في قلبي من أثر، أما الآن وقد رأيت ما رأيت فأين المفر؟ لماذا دم المسلمين دائما رخيص وأهون من الغبار فوق الحجر؟ 

!اللهم إليك أشكو ضعف قوتي وقلة حيلتي وهواني على الناس   

 !حسبنا الله ونعم الوكيل

 
 

Le soleil d'Allah brille sur le coeur de Primavera



Prima verra .. elle le savait déjà, elle savait que Dieu lui réservait quelque chose de grand, de spécial, de très généreux, quelque chose de divin, quelque chose qui lui fera oublier tous les maux passés, et tous ses chagrins ..

Depuis qu'elle a compris cela, depuis qu'elle l'a senti au point de l'entrevoir par la force de sa foi, la Prima s'est mise à sourire .. à quoi bon pleurer ? Il suffisait de patienter. A quoi bon espérer quand il fallait littéralement croire et savoir que c'est un fait : le bonheur frappera à sa porte, et la flamme dans son coeur ne sera plus jamais morte ! 

Mais le coeur de Prima est si bien gardé, ses exigences ont tellement évolué, qu'elle n'a jamais cru pouvoir tomber aussi vite, elle n'a jamais escompté la rapidité de la chute, et comment ? Pouvait-elle faire autrement ? 

Prima s'est éloignée du monde, elle a coupé un peu ses liens avec les gens de la terre, pour planer un moment dans l'immensité de l'atmosphère, elle savait qu'elle devait atteindre un certain état de lucidité, de détachement, pour accueillir comme il se doit .. le soleil d'Allah, il fallait que son coeur soit libre et pur, que son esprit soit sain et mur, qu'elle vive en quelque sorte un peu dans son coin, comme un pèlerin qui se nourrit de la connaissance du Divin, abandonnant la vie pour mieux la retrouver, oui c'est exactement ce qu'a fait la Désenchantée .. elle se préparait, se parait pour un rendez-vous avec le destin .. elle savait que c'était imminent et certain ! 

Car quand elle lit le Coran, Dieu lui dit :


Et quand elle prie, elle répète ceci :

رَبَّنَا هَبْ لَنَا مِنْ أَزْوَاجِنَا وَذُرِّيَّاتِنَا قُرَّةَ أَعْيُنٍ وَاجْعَلْنَا لِلْمُتَّقِينَ إِمَامًا


Et quand elle parle avec ses amis, elle crie : je veux un beautiful mind, le reste ce n'est que débris !

Eh bien, son beautiful mind elle l'a eu, de la façon à laquelle elle s'attendait aussi, de la manière dont elle a longtemps rêvé, oui c'est arrivé : Désenchantée est heureuse ! Car enfin, au beau milieu de la Primavera, le Soleil d'Allah a brillé très fort sur son coeur de Primevère, lui réchauffant l'âme, le corps et le coeur, l'éblouissant par ses rayons enchanteurs, merci Dieu pour ce cadeau, merci pour tout ce bonheur ! 


Y a que la débilité qui compte




Avant, il y a dix mille ans, quand durant les soirs d'été (ou était-ce à la rentrée ? ) je regardais l'émission de TF1 "Y a que la vérité qui compte", je m'étonnais du courage des gens qui venaient étaler leurs vies privées devant des millions de téléspectateurs, je m'étonnais du nombre de cas sociaux qui venaient après 30 ou 40 ans chercher un père, une mère, un fils,  une soeur, cela me dégoutait, et je me disais quelle horrible société occidentale, avec ses familles disloquées, ses foyers brisés, ses enfants parachutés, ses vieux qui terminent seuls leurs vies, avec un chien pour toute compagnie .. Je me disais Dieu merci, on n'a pas de ça chez nous en Tunisie, non chez nous autres arabo musulmans, la famille c'est sacré, c'est uni, c'est soudé oui. On ne jette pas ses enfants, on ne vient pas pleurer après quarante ans à la recherche d'un père, d'une fille ! Mais surtout je me disais que les arabes ne feraient jamais ça : étaler leur problèmes au grand jour, non une émission comme celle-là ne pourra jamais exister chez nous, ça ne marchera pas, personne ne viendra. Impossible ! On tient trop à notre image, on déteste sa femme mais on la supporte avec le sourire, c'est pas important de vivre un enfer l'essentiel est que les autres ne s'en doutent pas, et j'en passe et des meilleures ... 

C'était il y a dix mille ans comme je vous l'ai dit, à l'époque on vivait encore le rêve Ben Ali :) j'étais jeune, j'étais bête, je croyais que la famille valait encore quelque chose en Tunisie et que les gens chez nous sont plus réservés, plus conservateurs. Mais avec le temps, j'ai appris à mes dépends qu'il n'en était rien ! Cela a commencé avec la fameuse émission diffusée sur la chaine libanaise "ouvre ton coeur", c'était la première fois que je voyais des arabes parler de leurs problèmes de vive voix .. c'était sympa :)

Mais encore des années plus tard un certain trafiquant d'armes ou je ne sais quoi, a décidé que finalement il serait bon d'ouvrir une chaine qui commence par du coran, finit par du coran, et qui entre temps fait son show très chaud, comme il se doit : tout y est : chant, danse, nudité :) et puis allez on va y ajouter un peu de "social",  Alé viens animer cette émission au titre innocent "celui qui pardonne est généreux". On va résoudre vos problèmes les enfants, vous cherchez un ami ou un parent ? On a tué ou kidnappé votre enfant, par ici ! Qu'avez-vous madame ? C'est quoi votre problème ? Un homme a brisé votre coeur, il a fait de votre vie un enfer ? Venez ! Racontez-nous tout, ne laissez rien pour vous, les détails surtout, parlez donc, ça soulage, c'est bon pour la santé vous savez. Et quand il vous frappait c'était comment ? oui c'est ça racontez comme il vous a humilié devant tout le monde, et surtout pleurez pleurez, c'est pour ça que je suis payé. Allez on va même vous aider, on va vous mettre de la musique bien triste, on va faire un joli clip. Non taisez vous, ça tourne, c'est ça, good girl allez, allez !!!

Alé est récupéré par Tunis 7, il anime désormais cette émission que tout le monde connait .. une émission où l'autre jour, en passant devant la télé, par accident, j'ai vu deux voisines se disputer, voilà le menu en prime time mes amis  (sur Al Tounseya maintenant ) ! Des disputes de rue ! Et l'on est supposés regarder ça et admirer ! On est supposés regarder les malheurs des autres pour oublier un peu les nôtres ! 

Alé est parti, de Hannibal tv, il a laissé sa place à son frère Abd Al Razzek, que je n'ai pas besoin de présenter, tout le monde le connait .. venons-en au principal objet de mon coup de gueule : regardez-moi cette vidéo : c'est quoi ça ? Je veux dire : C'EST QUOI CELA ?

Je sais pas, je perds un peu les moyens expliquez moi ! Qu'est-ce qui se passe ici ? De quoi il s'agit ? Pourquoi dans une émission ENREGISTREE l'on se permet de nous passer ça ?! Ce n'est pas du direct et pourtant M. le vendeur d'armes ou je ne sais quoi tient à le diffuser !! J'ai même pas pu en arriver au bout, et c'est quoi ce message ridicule : que les enfants ne doivent pas voir ça, et les adultes alors ? C'est bon pour eux ? C'est divertissant, intéressant, constructif ? Ah c'est pas choquant pour les adultes. Bien sur, des disputes, des scandales ils en voient tous les jours, ça arrive même à cause d'un crétin qui a grillé le feu rouge, le peuple ne souffre pas assez comme ça, le peuple n'est pas assez fatigué, peiné, dégouté, blasé comme ça, il faut qu'on en rajoute, il faut qu'il soit témoin de ce spectacle honteux et désolant ! Avec cette musique, ah la la, comble du ridicule, la musique thème du film de Christophe Colombe, qui a soi disant découvert l'Amérique (pensée spéciale aux quelques millions d'indiens massacrés, God bless America :) Mais c'est quoi ce cirque ? Quel manque terrible de respect, quelle débilité !!! Quelqu'un peut-il arrêter ce manège ? C'est un crime que de passer une telle médiocrité ! C'est absurde !

Y en a qui sont tombés très bas, et maintenant ils creusent, car au final y a que le pognon qui compte ! La honte !!

Mon coeur est au pays des merveilles (ép 19)




Épisodes précédents :  1234567891011121314151617, 18.

Makka fin mars 2010

Comme je vous l'ai dit auparavant, mes notes s'arrêtent dès les premiers jours passés à Mecque. Je ne peux compter pour le reste du récit que sur ma mémoire défaillante. Mais finalement n'est-ce pas bénéfique de ne pouvoir se rappeler du détail mais de l'essentiel de l'aventure, de garder dans sa tête ces flashs courts mais qui en valent le détour, ces images instantanées, d'un rêve devenu réalité ?

Je me souviens par exemple de la brise nonchalante qui agite les rideaux de la chambre d'hôtel le soir, quand je me penche par dessus la fenêtre avec ma tante pour contempler le spectacle de cette foule toujours en mouvement, qui va, qui vient, qui revient, inépuisable, activité inébranlable d'une ville au charme indéniable. Une vue du 12ème étage qui donne le vertige, et puis on ferme la fenêtre et on sourit. Ma tante est excitée telle une petite fille. Tous les soirs de retour de la Mosquée elle veut s'attarder un peu devant les étalages qui croisent notre chemin. Non elle n'a pas envie de rentrer chez elle le soir, elle a envie de contempler à travers les plis de ses yeux ridés le spectacle des bijoux et petits jouets, faux ou vrais, qu'importe, ses neveux elle veut bien les gâter. 

Je me souviens aussi de ces petites filles indiennes qui jouaient à l'étage supérieur de la Mosquée, juste en face de la sobre Kaaba. Elles étaient tellement charmantes, à claquer des mains, à me regarder d'un regard incertain, je les ai prises en photo, sans permission, si ce n'est un sourire engageant. Oui l'humanité tout entière s'offrait à moi, dans toute la richesse de sa mosaïque, comme cette femme turque avec des habits incroyables mais vrais, une sorte de pantalon si large, si géant, que je n'ai pu m'empêcher de la .. photographier, à son insu bien sûr :p

Je me vois trainer dans la mosquée, contempler les allées et venues des pèlerins entre Al Safa et Al Marwa, chercher quelqu'un pour me prendre en photo, quand surgit cette fille, une jeune syrienne il me semble, elle m'a pris une jolie photo, merci bel enfant, que ton sourire est beau ! 

Je me souviens de ce petit garçon, si agité, si turbulent, qui en pleine prière essayait de s'échapper, et en vain sa mère tentait de le raisonner, il allait fuir si ce n'est la vigilance des voisines, qui tout en priant retenaient le petit turbulent par ses vêtements, se le passaient d'une main à l'autre, reviens ! Les enfants en pèlerinage, ça ne reste pas sage .. il faut bien s'y faire. Il y en a de tous les âges, il y en a de toutes les couleurs, même des bébés tout jeunes. Les enfants ça crie quand on prie, mais au final on s'habitue. Au moins quand l'imam récite le Coran on peut se concentrer pour de bon .. 

Je n'ai jamais été témoin d'un spectacle aussi émouvant. C'était à la prière du Maghreb, l'imam récitait d'une belle récitation, quand arrivant à un verset que j'ai malheureusement oublié, sa voix s'est brisée, on l'entendait haleter, lutter pour se maitriser, deux millions de fidèles étaient aux aguets, on osait à peine respirer dans cette ambiance si émouvante, si imposante, on avait envie de pleurer aussi, puis la voix a repris ... je n'ai jamais vécu pareille chose de ma vie. C'était le moment où jamais, l'endroit idéal pour tester le goût de la foi, quand elle empêche la voix de continuer sa voie .. le verset parlait de mort .. Et à la fin, on faisait toujours la prière pour les morts, il y en avait toujours après chaque prière que ce soit à Mecque ou à Médina. Qu'ils sont chanceux ces morts .. 

Notre vie s'écoulait paisible, on était heureux, on était tranquille, j'ai retrouvé le gout des émissions religieuses sur Iqra, on était tout le temps dans une ambiance spirituelle enchantante, j'aurais aimé ne suivre que ces programmes disait ma tante, mais les enfants ne me laissent pas, ah écoute ce qu'il dit ce cheikh tu vois ? Oui je vois, je sens, je hume, j'aspire les senteurs et toutes les joies de cette ville aux mille couleurs. On s'est habitués à la Mecque comme on s'est habitués à la Médina, on a apprivoisé notre minuscule chambre d'hôtel et elle nous a apprivoisés, j'ai même fini par m'amuser de l'humeur si peu engageante des réceptionnistes, je me suis habituée à l'avancement subjuguant, en si peu de temps, des travaux sur la route de la Mosquée, je veux être là quand le chantier sera achevé, je veux sentir voler sur ma tête les pigeons par milliers, je ne sais pas comment je vais faire pour quitter la ville natale de mon prophète bien aimé ! (salla Allahou alayhi wa salam). Pourtant il faut bien s'y résigner, d'ailleurs Eya me manque, elle m'a toujours manquée ! 

Mercredi 31 Mars 2010 

Dernière nuit à la Mecque, une nuit inoubliable, certains ont regretté le voyage ! ... 


Mon coeur est au pays des merveilles (ép 18)




Épisodes précédents :  12345678910111213141516, 17.


De Jeddah à Makka, fin mars 2010


Plus le temps passait, plus nous réalisions mon père, ma tante et moi l'étendue de notre erreur : nous n'aurions jamais dû nous embarquer dans cette aventure. Nous voilà privés de la prière du maghreb au haram, et aucune idée sur le menu du diner, nous qui devions interrompre le jeûne. Finalement nous avons opté pour un restaurant, un fast-food, on allait se gaver de fright chicken terriblement salé. Une Pespsi avec ? Non merci, je boycotte les produits sionistes. Plus tard je l'ai bien regrettée cette coke, manger un plat aussi sec, quelle galère ! Et puis un an plus tard je n'ai eu aucun scrupule à payer 56 € pour une journée à Disney Land Paris, tu parles d'une guerrière ! 

Enfin nous étions entassés tout autour de la Mosquée, quand le chef de groupe nous a indiqué la voie de la liberté. C'était une place toute proche, où stationnaient de belles voitures blanches et élégantes qu'on pouvait louer un peu cher, mais qui représentaient notre seul espoir pour rentrer ! Nous nous sommes rués vers elles comme un assoiffé perdu au désert qui verrait un oasis ! La voiture était là, le chauffeur nous a bien accueillis, nous avons demandé le prix, allez c'est parti !  Notre bonheur aurait pu être parfait, si ce n'est ... La voilà qui arrive et qui crie, oui je viens avec vous et ça vous réduira le prix. Je n'arrivais pas à croire, je regardais impuissante mon pire cauchemar se concrétiser, je me tournais vers papa avec des yeux suppliants mais il ne m'a pas vue, il a accepté ! De toute façon cette femme nous a-t-elle laissé le choix ? Elle a ouvert la porte et s'est installée. Elle allait nous écraser durant tout le trajet juste pour quelques centimes de moins, non mais je rêve ou quoi ! Elle a assez de pognon pour faire le pèlerinage deux fois par an, mais elle n'en a pas assez pour laisser les gens en paix ? Ma tante flegmatique s'en est amusée, papa était confortablement assis au siège avant, j'étais la seule à ruminer dans mon coin. Mon bonheur n'avait pas duré une seconde, je rêvais d'un voyage confortable à trois, nous voilà écrasées l'une contre l'autre comme dans un vulgaire métro de la capitale ! Non mais pourquoi ?! :'(

Et comme un malheur ne vient jamais seul, il fallait que notre intruse soit en plus ultra bavarde et qu'elle crie quand elle parle ! Il fallait qu'elle ait travaillé avant en Arabie Saoudite pour qu'en 2010 elle vient me casser la tête avec ses exploits, sa connaissance des dessous d'al jazira, et puis blabla ! Le chauffeur très gentil, parfaitement poli et accueillant, l'a supporté admirablement (une vraie performance), jusqu'au moment où il s'est rendu compte que c'est une machine à parler qui ne va pas se taire de si tôt, là j'ai senti un peu son agacement. Et puis c'est pas vriament avec elle qu'il voulait engager la conversation, pas avec cette vieille soixantenaire aux manières si peu féminines, il y avait de l'autre coté une jeune bizertine, une fille fraiche bien plus intéressante. Il m'a lancé quelques regards via le rétroviseur, en parlant de la Tunisie, c'est vert ? Et papa lui a parlé un peu de notre Histoire, pour expliquer cet adjectif collé à notre pays. J'ai demandé au chauffeur s'il trouvait que notre jargon tunisien est incompréhensible. Il m'a dit que oui, je n'en revenais pas, pauvre tunisien incompris partout où il va. Mon père l'a invité à visiter la Tunisie, et le voilà qui soupire qu'il n'en a pas les moyens, se plaignant un peu de son ménage, des demandes de sa (ses femmes ? ) qui n'en finissaient pas. Puis en me lançant un regard rieur, il a dit qu'il voudrait épouser une tunisienne. Elle est bien la femme tunisienne ? Elle est "difficile" lui ai-je lancé d'un air glacé. J'avais presque envie de lui dire, non mais papa est à ton coté et t'es là à me courtiser ? Et puis t'as pas assez de fric pour supporter ton ménage mais tu veux en rajouter une ? Arrête avec ton baratin. Oui la femme tunisienne est exigeante, cultivée et difficile d'accès.* Reste bien sage là où tu es. 


Vous vous demandez où est passée Madame j'agace tout le monde ? Eh bien par miracle elle a fini par s'arrêter, elle a même sombré dans le sommeil, ma tante en a fait pareil. Papa aussi, j'étais la seule en éveil, moi et le chauffeur...  Il s'est tu enfin, j'avais tout le loisir d'écouter le silence de la route qui nous emmenait là où on appartient ..  Je ne veux pas que vous le condamniez, il était bien malgré tout le chauffeur, très gentil et poli. Quand vint l'heure du maghreb, il n'a trouvé aucun inconvénient à ce que mon père ouvre les cartons et mange un peu, libérant au passage cette odeur de friture qui a envahi les lieux. Moi je n'en revenais pas, ce que les hommes peuvent être à l'aise avec tout ! Et en plus papa nous proposait d'en faire autant, il était à l'aise comme s'il était dans sa propre cuisine, non mais  lool je préfèrerais jeûner encore dix heures plutôt que de faire une chose pareille ! 

Nous voilà arrivés, on est à la Mecque, on voyait le Haram étinceler de ses lumières enchanteresses, mais l'hôtel comment le trouver ? Le chauffeur n'en savait que dalle, non l'avenue de Gaza il ne la connaissait pas. Il n'était vraisemblablement pas habitué à ce genre de courses. Bon on fait quoi ? Même mon père ne s'y retrouvait pas, mais heureusement que j'étais là ! J'ai aperçu l'hôtel dans une rue parallèle, et j'ai crié victoire ! Alors c'est qui qui vous a ramené à la maison les enfants ? Hein ? :p Non c'est bon j'ai appris la leçon, plus question de me perdre à présent.

Pour la deuxième fois, je trouvais cette minuscule chambre d'hôtel comme le paradis descendu du ciel ! Cela fait du bien de rentrer chez soi ! Al hamdou li Elleh ! 


* une phrase vide de sens, scientifiquement absurde et puis on l'a vu après la révolution :)