Elle souffre ...




Rima est la fille de mon cousin, elle a dix ans, elle habite près de notre maison. Maman est une prof de français à la retraite, parfois elle invite Rima chez nous pour lui réviser un peu ses cours... 

Je faisais mes ablutions quand j'ai entendu ma soeur (le troisième personnage de l'histoire) demander à la petite Rima si elle connaissait ce que signifie la phrase : "elle souffre". Elle n'en savait que dalle, et ma soeur a fait la traduction en arabe, d'ailleurs j'espère que la petite comprend l'arabe... bah quoi ? L'arabe est plus étranger chez nous que le français, hélas, l'arabe est devenu la marque d'une élite cultivée libre de tout sentiment d'infériorité vis-à-vis de sa Sainte Majesté la France. Des gens comme le Dr Salem Labyadh et le Philosophe Abou Yaareb Al Marzouki

Bref, et là, quand j'ai entendu ma soeur expliquer ce mot à la petite Rima, j'ai eu de la peine pour elle! Je me suis dit la pauuuuvre ! Quel long chemin l'attend, que d'efforts et de désagréments, tout ça pour apprendre une langue qui ne sert à rien ! Une langue dépassée par les évènements ! Avec des "en", des "an" et des "on" qu'il ne faut pas prononcer de la même façon, avec des "i" et des "y" en même temps, avec ses caprices d'orthographe et ses tables de conjugaison. Pourquoi donc le français et pas l'anglais infiniment plus intéressant ?! Ah oui parce que c'est la France qui nous as colonisés, donc nos enfants souffriront le français. Non je ne dis pas que c'est pas une belle langue, si c'est beau, mais est-ce que ça vaut le coup ? Peut-on se payer le luxe de faire du français la deuxième langue après l'arabe alors qu'on rame loin derrière la population "civilisée" ? Alors qu'on a des siècles de retard à rattraper ! Si on veut se réveiller, suivre les dernières découvertes, lire les meilleures revues scientifiques dans tous les domaines, et bien il faudra se retourner vers l'anglais. Le français devient un  accessoire fantaisiste pour les plus intéressés, un petit dessert quand on est déjà rassasiés. D'ailleurs moi qui ai assez lu je ne suis pas tellement marquée par la littérature française, je lui préfère les Tolstoi, les Dostoivesky et les Garcia Markez.

J'exagère à peine, mais c'était mon sentiment quand j'ai vu la Rima se casser la tête dans l'apprentissage de ce français dépassé, colonisateur, arrogant. A quand notre libération ? Nous sommes un pays qui n'a pas encore fini de se faire décoloniser, à quand une révolution dans notre système éducatif ? Quand va-t-on remplacer le français par l'anglais, faire comme si c'est la Grande Bretagne qui nous as colonisés (puisque de toute façon nous sommes colonisables), jusqu'à quand va-t-on gaspiller cette énorme richesse humaine, ce capital inestimable,  ce potentiel précieux nécessaire à la construction d'un avenir radieux pour les musulmans, et pour tous par la même occasion, car quand l'Islam redeviendra fort, quand le monde sera régi par la loi de Dieu, tout le monde en tirera profit, les non musulmans y compris, l'Histoire nous l'a dit ! 

A quand va-t-on trainer les pieds, apprendre aux enfants à cultiver leur .. médiocrité ? Quand va-t-on intégrer l'histoire des prophètes et messagers, enseigner en détail la biographie du meilleur des hommes صلى الله عليه وسلم, apprendre à nos enfants des choses qui les passionnent, qui leur sont utiles, pourquoi je ne retiens de la poésie arabe que les poèmes érotiques et ceux qui vantent les vertus de l'alcool ? Pourquoi on a insisté sur les versets parlant de solidarité ? Juste pour mieux me soustraire le dinar obligatoiro-volontaire du 26/26 ? Pourquoi on ne m'a pas appris à l'école les versets du hijab ? Les versets de la prière, et ceux du Riba ? Parce que l'Europe matérialiste sanguinaire a décidé qu'elle allait envahir mon continent, lui sucer son sang, parce que la France a décidé de détruire mon pays, lui ôter son identité, et le travail qu'elle n'a su faire en 75 ans, son fidèle serviteur Bourguiba a eu le soin de le terminer : nous dépouiller de ce qu'on est, de notre identité, c'est alors que l'arabe est devenu la langue des arriérés, que le français est devenu la langue de l'administration, de la science, des facultés, c'est alors que l'islam a été isolé, mis en quarantaine, étranger sur la terre même qui a vu naitre la première faculté islamique au monde ! C'est alors que Rima fille des années 2000, ayant pour seul crime d'être née en Tunisie, est obligée de courber le dos, en cet après midi de décembre et de suivre les instructions de ma mère, elle doit apprendre le français, maitriser la langue sacrée des bourreaux de ses arrière grand pères. Elle n'a pas le choix, elle ne sait pas ce que veut dire : "elle souffre", mais elle souffre déjà, comme ...

J'ai souffert

Elle souffre

Nous souffrons

Vous souffrez

Ils souffriront 


Qui ça "Ils" ? Nos enfants ! Ceux qui n'ont pas encore vu le jour, mais oui, ils souffriront si on n'a pas aujourd'hui des hommes politiques courageux, conscients et déterminés à piétiner enfin les restes de la colonisation idéologique et intellectuelle dont nous avons souffert depuis des années, dont vous avez souffert, dont elle souffre ... y a -t-il encore plus bas que ce gouffre ? 

PS. Je sais que la fille sur la photo est en train de dessiner, ben justement elle en a eu marre de réviser le français et a donné libre cours à son sens artistique :)


Ah et au fait : 


Fini le temps du Protectorat :) (ils ont toujours des noms romantiques quand ils assujettissent les peuples, genre Israel protège ses citoyens contre les méchants terroristes, "protection", "protectorat", on n'a pas tellement évolué depuis le temps où les croisés pratiquaient le cannibalisme sur les musulmans puis appelaient ça la guerre sainte :) 


في قلبي أنثى عبرية




لم أكن أتخيل وأنا أطالع الفصول الأولى من هذه الرواية في منتدى تونسي أنه سيأتي اليوم الذي أتصفح فيه بيدي كتابا يحمل عنوان الرواية واسم صاحبتها، لم يدر بخلدي قبل أعوام مضت أني سأنتقل من برودة الشاشة إلى دفء الورق، كنت ولا زلت أكره القراءة من شاشة الحاسوب لكن رواية خولة شدتني خاصة وأنها روت عندي تلك الحاجة الماسة لإعادة التواصل مع اللغة العربية، بل يأسفني أن أقول إعادة التصالح معها. فمنذ بداية دراستي الجامعية انقطع حبل الود الذي بيننا. كنت قبل ذلك شديدة التعلق باللغة العربية إلى جانب الفرنسية وقضيت الساعات الطوال في المطالعات اللذيذة .. لذلك كانت رواية خولة بمثابة جسر تواصل مع الأيام الخوالي، كنت مع ثلة من الأصحاب نتردد على هذا الركن من المنتدى الذي سميناه بالمكتبة وكنا نتنافس في السبق لقراءة الفصل الجديد حال نشره والتعليق عليه .. ومع تقدم الرواية وتطور أحداثها وجدتنا متعلقين بريما الفتاة اليتيمة المسلمة التي كان لها أيما تأثير على ندى الفتاة اليهودية ..

لم أكمل قراءة الرواية على المنتدى إذ هجرته بشكل عام وكان نشر الفصول متباعدا .. ومضت الأيام فإذا بصديقتي المبدعة تبشرني بأن الرواية ستطبع ويتم نشرها. كنت فخورة ومعجبة جدا بها، أنا التي طالما حلمت بكتابة كتاب. لقنتني خولة درسا في الجد والمثابرة عسى الله أن يزيدها نجاحا وتفوقا ويبارك لها سعيها. أخيرا اقتنيت الرواية وكلي فخر، حتى إني قمت بصور تذكارية مع صديقاتي لتخليد "اللحظة التاريخية" التي لم نهرم من أجلها، فخولة كاتبة شابة لم تضيع وقتها وسارعت بإضافة شيء جميل للبشرية، ليست من أولئك الذين يعيشون ويموتون ولا يتركون أي أثر في الوجود. خولة قررت أن تضع بصمتها على صفحة الإبداع الهادف والفن الملتزم ويسعدني أن أقول بأنها نجحت في ذلك نجاحا باهرا.

لأن هذه الرواية من أسمى ما قرأت ولأن غايتها من أنبل الغايات ولأنها من أجمل الأعمال التي يتمنى المرء أن يلقى الله بها. فإذا لامست أناملك هذه الرواية وجرت أعينك بين السطور تأكد أنك بصدد قراءة قصة واقعية تجري وقائعها بين تونس ولبنان، بين اليهودية والمسيحية والإسلام، بين الحب والحرب، بين الحياة والموت، بين الإنسان والإنسان.. كل ذلك بأسلوب جميل وتسارع في نسق الأحداث والأفكار والتزام بما قل ودل، هي الرواية الملتزمة بأتم معنى الكلمة فلا مكان فيها للإيحائات الرخيصة والحشو المبتذل. وعندما قرأتها كدت أصرخ: أما يكتبه علاء الأسواني مثلا من روايات يحشوها بالمشاهد الجنسية الساخنة وبنماذج المسلمين الهابطة لينال بها جوائز عالمية خير مما كتبته خولة؟ وقد جمعت بين قوة الواقع وتسارع الأحداث وأهمية القضية المطروحة وحساسيتها مع جرأة الطرح وعمق التحليل؟. 

هذه الرواية أبكتني في مواطن عديدة، بل إني أجهشت بالبكاء المرير على ريما بل على ندى بل عليهما معا، عندها أدركت أن صديقتي خولة نجحت، فبكائي ذاك ليس إلا ترجمة لنجاحها في تصوير شخصيات الرسالة بطريقة تجعلنا نراهم رأي العين، لا نرى صورهم وأشكالهم ولكن نرى الإنسان فيهم، أي أننا نرى أنفسنا في الآخر وهذه ميزة كبيرة ومحرار النجاح في الأعمال الأدبية حسب رأيي. هذا الكتاب هزني وشدني إليه إذ أن عموده الفقري يتمثل في أهم ركن من أركان الحياة : العقيدة. هو من تلك الكتب التي لا تقوى على تركها حتى تنهيها وعندماتنهيها تترك في نفسك أثرا جميلا، هو من تلك الكتب اللتي لا تخجل من جعل المتحابين يتزوجون في النهاية وكم أعجبتني تلك النهاية وكم وددت لو لم تنته.

كنت أفضل أن يبقى عنوان الرواية كما عرفتها في المنتدى : "رحلة الألف ميل" هو عنوان رائع خاصة عندما نصل إلى النهاية لكن خولة اختارت مع الناشر عنوانا أكثر استفزازية وإثارة لفضول الناس، بعضهم عرض عليها شراء كل النسخ ظنا منه أنها تروج لليهودية وليته قرأ الرواية أولا، ولكن قومي لا يعلمون

عموما "في قلبي أنثى عبرية" رواية رائعة، مسلية ونافعة، فريدة من نوعها، ملتزمة وهادفة، هي رواية راقية أنصح الجميع بقراءتها

أما صاحبتها فكما قلت لكم : اسمها خولة ..




Quand TF1 promeut l'islamisme puis se repent




Hier la vidéo de l'interview exclusif de Diam's sur TF1 a fait le buzz sur le net, et particulièrement sur youtube avec un record de visionnage en l'espace de quelques heures. Diam's, pour ceux qui ne la connaissent pas est une ex rappeuse française à succès, elle a enchainé les récompenses, battu des records, marqué toute une génération, rappé sa rage, extériorisé son malêtre dans une France hypocrite et xénophobe  Seulement voilà, Mélanie (l'ex Diam's) était malheureuse, tout le succès, toute la gloire, toue la fortune qui lui sont tombés dessus telle la foudre ne l'ont pas enchantée, quelque chose lui manquait, et comme ça arrive souvent dans ces cas là .. elle s'est réfugiée dans la religion, elle a retrouvé la foi, la vraie, elle s'est convertie à l'Islam. 

Après des années de silence, elle est revenue avec son voile rigoureux heurter la sensibilité des téléspectateurs de TF1 dans une interview exclusive à l'occasion de la sortie de son livre autobiographique où elle raconte les détails de sa descente aux enfers, de sa dépression et puis de sa renaissance .. Il faut dire que l'interview est (entre autres) une très belle façon de promouvoir l'Islam, de redorer son image, de briser les tabous et de corriger certaines idées reçues .. le voile, comme toujours ne cesse de choquer, mais de quelle façon elle en a parlé, je dédie ses paroles à toutes mes soeurs musulmanes qui hésitent encore, Mélanie elle, marchant sur une plage, s'était dit : Dieu a créé la mer, le soleil, la lumière, l'air, ....pour moi, et j'ose hésiter quand Il me demande de faire quelque chose?! Que ce soit clair mes soeurs : celle qui ne porte pas le voile tout en sachant que c'est un devoir, est en train de dire non à un ordre de Dieu, imaginez que vous refusiez d'écouter votre père, votre mari ou votre boss au travail tiens ! Or qui sont ces gens comparés à Dieu ? A méditer ...

Revenons à TF1, pour une chaine pro sioniste qui combat l'Islam et martyrise les musulmans, donner la parole à une super star convertie pour qu'elle parle de l'Islam et raconte à quel point il est beau, dire à quel point elle est heureuse et sereine et à quel point cette religion prône la paix et l'amour, ce n'était pas la chose la plus intelligente à faire, franchement ! Pas pratique du tout ! Mais comme il n'est jamais trop tard pour faire ce qui est correct, comme le monde est dirigé par des lobbys sionistes, TF1 (comme youtube) a enlevé la vidéo de son site, ... speaking about censorship ha ?! 

Désolée pro sionistes ratés, le mal est déjà fait, la vidéo circule partout sur le net et quoique vous fassiez pour ternir l'image de l'Islam, pour cacher la vérité, stigmatiser les innocents, il y aura toujours des gens comme Diam's pour vous prendre de court, sans le vouloir, simplement, calmement, et avec le sourire. :)

J'espère que tous les affranchis de la dictature intellectuelle pratiquée par la France, que les penseurs libres et les âmes pures puissent tirer la leçon que nous offre cette belle jeune maman de trente deux ans :)

Cliquez ici pour admirer cet échantillon de l'intolérance française dans toute sa splendeur ! Un échantillon de haine et de mépris, d'irrespect total et absolu pour les choix des gens et leurs intimes convictions.

BOnus

Je ne peux pas laisser passer cette opportunité sans dénoncer le comportement irresponsable, abject et très sournois de certaines de mes compatriotes, anonymes ou plus ou moins connues, que vous reconnaitrez surtout à la puanteur qui se dégage de leurs idées racistes envers celles-là mêmes qui partagent avec elles le même pays et la même nature féminine, celles qui ont instrumentalisé l'affaire de la fille violée pour attaquer encore et toujours le voile et ce qu'il représente, pour marquer tout leur mépris, toute leur intolérance envers celles qui ont décidé de suivre la voie de Dieu (ah pardon je me suis égarée), je voulais dire qui ont décidé de porter cet habit ( c'est plus laïque dit comme ça), c'est un choix libre au final, pourquoi en faire un plat ?! Que vient faire le voile dans une affaire de viol ? Et puis coucou à la misérable créature qui sur le "thing" diffusé sur M6 (car c'était pas un reportage) "Salafistes VS touristes" a dit : "moi le voile je ne le porterai que le jour où l'on me le clouerait sur la tête", eh bien tu peux rester tranquille ma chère, porter le voile n'est pas à la portée de tout le monde, et Dieu sait choisir ses élues, je parle bien sûr de celles qui portent le voile corps et âme parce qu'elles portent l'Islam, et que la force de leur foi intérieure ne peut que se répandre sur leur aspect extérieur. Respect à toutes ces femmes, respect aussi à celles qui ne partagent pas mon avis mais qui l'acceptent, le respectent, parce que dans le cadre du respect mutuel on peut très bien coexister, s'entendre et s'aimer. Le mot d'ordre c'est le RESPECT ! 

A bon entendeur Salem !


سلامية بالملوخية




الفصل صيف والجو حار، وداعا رمضان، بل إلى اللقاء، إلى لقاء قريب إن شاء الله، مرحبا بالعيد، وبعده الأعراس والأفراح والأبواق والمزامير

 : اليوم سمعت عجبا عجابا، سمعت صوتا جميلا يصدع بالقرآن، بل بآية تهز القلوب بعد بسم الله الرحمان

وَمَا قَدَرُوا اللَّهَ حَقَّ قَدْرِهِ وَالأَرْضُ جَمِيعًا قَبْضَتُهُ يَوْمَ الْقِيَامَةِ وَالسَّمَاوَاتُ مَطْوِيَّاتٌ بِيَمِينِهِ سُبْحَانَهُ وَتَعَالَى عَمَّا يُشْرِكُونَ 

 سورة  الزمر الآية ٦٧ 

  إنه لأمر عجيب، أتراه التلفاز عند الجيران؟ يال الصوت الجميل الرخيم، يال التلاوة الرائعة، في أي قناة يا ترى؟ ليس من عادتي أن أسمع مثل هذه الترانيم السماوية الخالدة، بل في الغالب تسود الأجواء أغان هابطة وموسيقى صاخبة تجعلني أحيانا أكاد أكفر بنعمة الله علي وأحسد الأصم على ما يبدو لي من نعيم هو فيه ولا حول ولا قوة إلا بالله

لم يطل عجبي كثيرا فسرعان ما انضمت أصوات جديدة للصوت الرخيم منبأة بأمر عظيم : ليس هذا مجلس ذكر وقرآن كريم بل هو حفل عرس تحييه فرقة رجالية تسمى "السلامية" وهي أقرب ما وصل إليه الفكر الإنساني الحديث من الحفل  الإسلامي المطبوع بطابع "حلال"، ألا ليت شعري كيف يفكر هؤلاء!  وكيف يلتحف الشرك بلحاف الدين ويختلط الشك باليقين وتتراقص الأجساد على إيقاع الجهل بلا حياء؟

بضع دقائق من المدائح والأذكار سرعان ما تبعتها الدربوكة ، سمعت نفس الأغاني المألوفة في مدح الرسول صلى الله عليه وسلم، سمعتها تدعو للصلاة عليه ولكني لم أسمع أحدا يصلي .. وكيف يخشع القلب ويصلي والجسم لا يملك نفسه ويتفاعل مع الموسيقى ويترنح على إيقاع المزموم والسيكا؟

إلى الآن يبدو الوضع عاديا وقد يكون من باب الاحتفال المباح لكني صرت أسمع نشازا، أسمع أصواتا رجالية تصيح بلفظ الجلالة الله الله الله الله والدربوكة المحمومة قد جن جنونها والأجساد لا بد أنها تتلوى على وقع الموسيقى بل الضجيج، ما هذا الهذيان؟ أين توقير الرحمان؟ ما دخل الدربوكة في كلمة الله؟ أي نوع من الجنون هذا؟

أصابني الغثيان .. لكن السلامية كانت تخبئ لي مفاجآت أخرى عالمية، فبعد الاستهزاء بلفظ الجلالة وتجريده من معناه، أتى الدور على الشرك به وتعظيم من سواه. بالأمس كانوا يعبدون اللات والعزى من دون الله، اليوم أصبحوا يعبدون سيدهم بلحسن  الشاذلي وأمهم المنوبية وبوهم سالم يتزلفون إليهم ويقصدونهم لحل مشاكلهم وقضاء حوائجهم ! لكن مثل هذه الأغاني الوثنية دخلت في عاداتنا وتراثنا الوطني الجاهلي ولا أحد يشغل باله بمدى فظاعتها وما تتغنى به من الشرك الصراح.

كل هذا شيء عادي ورائج للأسف لكن الفقرة الأخيرة جعلتني أقفز من مكاني وأتفقد زماني، هل أنا أحلم؟ أهذه الأصوات هي هي التي بدأت بالقرآن؟ مالي أسمعها الآن  تترنم بروائع المأسوف على شبابه وليد توفيق؟ هي ذي نفس الحناجر  تتغنى الآن بجمال السمراء حبيبة روحه وعيونها السود ... أنفس الرجال هم الذين يصيحون الآن ويستغيثون من حب البنات و ما أنزل بهم من ويلات ويرددون هذه الكلمات التافهات

واي واي يا وخياني
حب البنات كواني
حب البنات يهبل
زينهم عسل وسكر
عملو على قتلاني
واي واي يا وخياني

واي لو اعتبرناها كلمة انكليزية فأريد أن أصرخ في وجه هؤلاء المتاجرين بالدين وأصحاب الأهواء : بل أنتم واي واي يا وخياني؟ لماذا يا إخواني هذا الإجرام والإخلال بالنظام وذبح الذوق العام؟ وفوقه معصية ذي الجلال والإكرام ! كيف سولت لكم نفوسكم العليلة قلة الاحترام؟ مالي أراكم تبدؤون وتنتهون بالقرآن وبين ذلك شرك وغزل وهذيان؟

فيال المضحكات المبكيات، يال عجيب المفارقات، ها قد عادوا إلى التهليل والتكبير والصلاة والسلام على البشير النذير، بل إلى الدعاء والذكر الحكيم في قوله تعالى
  
إِنَّ اللَّهَ وَمَلائِكَتَهُ يُصَلُّونَ عَلَى النَّبِيِّ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا صَلُّوا عَلَيْهِ وَسَلِّمُوا تَسْلِيمًا 

ويا ليتهم قرؤا ما بعدها
  
إِنَّ الَّذِينَ يُؤْذُونَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ لَعَنَهُمُ اللَّهُ فِي الدُّنْيَا وَالآخِرَةِ وَأَعَدَّ لَهُمْ عَذَابًا مُّهِينًا
   
الأحزاب ٥٦-٥٧

وانتهت السهرة بالدعاء والابتهال: اللهم اجعل القرآن ربيع قلوبنا ونور صدورنا و... وكأنهم كانوا في مجلس ذكر أو في  مجلس علم، وكأنهم صدقوا فعلا أن الملائكة غشيتهم وأن الرحمان ذكرهم فيمن عنده فيال جهل الإنسان وما أعظم عنده! إن  شر الكذب ما يكذبه الإنسان على نفسه... انتهت المسخرة، هل سيحلو لي النوم بعدها يا ترى؟ رحم الله الإمام المجاهد محمد الغزالي حين قال : "لقد آن الأوان لأهل الفن أن يتديّنوا ولأهل الدين أن يتفنّنوا" وإنا لله وإنا إليه راجعون.  

L'aïd au temps du choléra*



1er Chawwél 1433, 12h17.

J'aurais aimé écrire dans ma langue maternelle mais je suis lasse, trop lente sur le clavier arabe hélas. 

Alors voilà aujourd'hui c'est l'aïd mais je me sens triste et seule ... Trop vieille pour aller se balader en ville, trop grande pour jouer, trop responsable pour courir dans les rues nu-pieds, trop trentenaire pour avoir la "mehba", quelle idée ! Tout autour de moi me rappelle que ce aïd n'est pas tellement fait pour moi, que je suis passée, dépassée. Pourtant je ne suis pas très jalouse de ces enfants, de ces filles avec leurs robes identiques, leurs cheveux décorés et leurs bagues aux couleurs gaies, je ne suis pas jalouse de ces petits garçons qui ne savent pas trop quoi faire de leurs billets bancaires, il fait trop chaud, en ville il y a eu des violences suite à la prière matinale de l'aïd, il y aura trop de monde, un soleil de plomb, pas assez d'attractions, des jouets chinois de mauvaise qualité, la plupart ne sont pas bons pour la santé, il y aura des bousculades, de la sueur à volonté, non merci, j'ai de meilleurs souvenirs de l'aïd du temps de jadis. En fait je ne me rappelle de rien, si ce n'est les photos,  ah si je me souviens de la jalousie de ma cousine quand on avait acheté des vêtements comme les siens ! 

Alors que fait une demoiselle de mon âge le jour de l'aïd ? Elle passe des coups de tél, rate des appels, puis rappelle, envoie des sms, se connecte sur Facebook, ultime signe de désespoir, soupire un peu, donne la mehba à ses neveux, fait semblant d'être joyeuse, laisse échapper deux petites larmes .. et puis ne sait plus quoi faire de ce temps, elle se sent maladroite comme un adulte pris au piège, dans un manège, il a envie de jouer mais aucune attraction ne sied à ses 167 cm de long, on n'a pas prévu de jeu pour ses trente ans, alors il regarde jouer les enfants, sourit bêtement, et voilà. J'ai pas envie de manger des sucreries, Ramadan me manque, la discipline, l'organisation, manger à des heures fixes, mourir de soif, pourquoi pas ? 

Je ne sais si c'est la chaleur suffocante, les veillées tardives ou la fatigue qui a gagné petits et grands, mais depuis ce matin je n'entends pas les cris des enfants, ceux-là mêmes que je maudissais hier soir car ils ne me laissaient pas dormir avec leurs jeux pernicieux et ces détonations qui éclataient à tout moment sous ma fenêtre, ce sont ces mêmes enfants qui me manquent à présent, où sont-ils ? Que font-ils ? Je veux les entendre crier, courir et rire, mais je ne veux surtout pas de ce silence, je veux être imprégnée même de loin par l'ambiance festive, mais j'ai beau prêter l'oreille, je n'entends rien, que le silence .. 

Je suis encore jeune, mais aujourd'hui je ne peux que ressasser mes souvenirs, je regarde cette photo et comme une vieille grand-mère, je soupire .. 


Excusez ma mélancolie, j'ai oublié de vous dire : 

 مبارك عليكم العيد وكل عام وأنتم إلى الله أقرب

الحمد لله على نعمة الإسلام :)

Eh oui finalement j'ai retrouvé le sourire .. 

* En référence au fameux titre de Garcia Marquez "L'amour au temps du choléra" 

PS. Et je n'ai encore pas mentionné nos frères qui souffrent en Syrie, en Palestine, en Birmanie, et un peu partout dans le monde, une pensée à eux. 

الله المستعان

Le silence qui tue






Il y en a de ces silences qui tuent, parfois le silence cause la mort des gens, on meurt de silence, on succombe à l'indifférence ...

B comme Birmanie, P comme Personne ne s'en soucie, C comme C'est qui ?

C'est le nom d'un pays, il se situe au sud est de l'Asie.


Non je ne suis pas en train de vous faire une leçon de géographie, ce n'est pas le but, alors soyez patients je vous en prie. Le fait est que mon coeur est gros et tant que je n'en ai pas parlé j'en souffrirai, il s'agit d'un pays où vit une minorité .. MUSULMANE, l'une des minorités les plus persécutées au monde selon le classement de l'ONU. Mais on n'en a jamais entendu parler, pas vrai ?

Ils s'appellent les Rohingyas, écoutons un peu leur histoire :

Les Rohingyas, une ethnie musulmane de 800 000 personnes, cohabite avec une majorité de bouddhistes dans l’état de Rakhine. Amnesty International rapporte que depuis 1978, cette ethnie fait l’objet de violations constantes de ses droits fondamentaux, d’entrave à la liberté de circulation, d’étudier, de se marier. Ils sont également victime d’une imposition arbitraire et de confiscations de leurs biens.
En 1982, suite à l’amendement de la loi sur la nationalité, les musulmans se retrouvent déchus de la nationalité birmane et deviennent de fait apatrides. Il devient dès lors commun de les designer comme les « étrangers » ou les « bengalis » du fait de leur ressemblance physique avec ces derniers.
Jusqu’à l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement civil en 2011, les militaires utilisaient régulièrement les Rohingyas dans des camps de travaux forcés, perpétraient des viols et des assassinats en toute impunité, créant à chaque occasion une nouvelle vague de réfugiés principalement vers le Bangladesh voisin, mais aussi vers la Malaisie, l’Indonésie et l’Arabie Saoudite.

Source : article à lire en entier 

Imaginez que vous et votre famille vivez une telle situation, imaginez que là bas les hommes, les femmes et les enfants rêvent de vivre au ... Bangladesh, ni en France, ni en Italie, ni en Amérique, leur rêve c'est juste d'atteindre le Bangladesh, et de ne pas trop attirer l'attention ! Le Bangladesh !! Quand je ferme les yeux, je vois un village en plein désert où des filles doivent marcher des kilomètres pour puiser l'eau ! Voilà l'image que j'ai dans ma tête de ce pays, le Bangladesh. Mais pour cette minorité musulmane la plus opprimée au monde, ce pays représente une vraie échappatoire, une façon meilleure de vivre, d'échapper à la mort ! 

Et cela dure depuis des années, ce qui s'est passé récemment ne reflète qu'une situation déjà catastrophique. Ô musulmans de tout horizons, tunisiens, maghrébins, égyptiens, indonésiens, on massacre vos frères dans un pays dont vous n'avez jamais entendu parler, ayez la décence de vous en soucier un peu, de prier pour eux, d'arrêter un peu le cours de votre vie, de détourner les yeux des étalages des super marchés, des affiches de publicité, de votre feuilleton préféré, sortez le nez de votre journal qui ne cesse de vous abrutir, arrêter un peu cette machine infernale et laissez battre un peu votre coeur pour autre chose que vos désirs égoïstes et ravageurs, laissez un peu battre votre coeur pour vos frères, ce sont des êtres humains comme vous et moi qui aiment à vivre décemment, qui voudraient manger à leur faim, se marier, avoir des enfants, des gens comme vous et moi qui ne demandent qu'à vivre en paix, en sécurité, mais plus est, ce sont nos frères, des gens qui se tournent vers la même kibla lors des cinq prières, des gens qui ont besoin de... nos prières ! 


C'est tout ce que je vous demande enfin, un peu d'intérêt, un peu de curiosité, et des prières ..

Clin d'oeil final à Radio Zitouna FM qui a parlé de cette tragédie hier matin, un musulman digne de ce nom ne devrait pas vivre dans l'indifférence face aux souffrances de ses frères, et l'ignorance est la pire "excuse" !

PS. Et si c'était des chrétiens ? Ou mieux encore, des juifs ? A méditer ...



Insomnia



Ce soir je n'arrive pas à dormir, le sommeil n'a pas voulu de moi, je l'ai attendu il n'a pas daigné venir, alors me voilà en train d'écrire, vains soupirs, entre deux larmes, je souffre le martyr, je suis prise au piège, y a pas moyen de m'enfuir ..

L'amour est un jeu pernicieux, au charme vicieux, au charme .. cachant des milliers de larmes, je suis sans armes, et puis c'est tout. L'amour c'est fou, c'est insensé, c'est flou.

Depuis quelques semaines j'ai appris des choses sur la nature humaine, j'ai appris l'existence de ce coté curieusement joli de la vie, de ce coté que j'ignorais, que Dieu a créé dans Son infinie Générosité, aujourd'hui je comprends mieux, je devine toujours le "un" derrière le "deux". 

Tout est silence autour de moi, tout le monde dort, par cette nuit estivale, même les chiens et les cafards. Tout le monde s'est donné le mot pour me laisser seule, submergée par ce flot de pensées, seule dans le silence, seule dans ma souffrance. 

J'exagère.. oui peut être. Je suis une fille qui n'a jamais grandi, et rien ne m'a préparée à ce jeu-ci. Pourtant j'ai toujours su que je tomberai des nues, que je serai bien punie pour mes anciennes moqueries de celles qui m'ont précédée sur le chemin de .. l'oubli. L'oubli de soi devant l'autre, l'oubli de toute la Terre, de tous les autres ..

Insomnie quand tu me tiens .. le sommeil n'a pas voulu de moi, mais moi non plus je ne veux pas de lui, j'irai au boulot avec une tête de mort, tant pis, ou peut être que je n'irai pas du tout, je ne suis qu'un Homme après tout. Je suis une femme, ça résume tout. 

Alors je me tais, assez parler, assez pleurer, assez .. c'est vers Lui que je devrais me tourner, à quoi bon venir me lamenter ici dans ce coin ? Ah oui peut être parce que l'écriture ça me manquait, je cherchais un prétexte pour venir ici, me voilà servie. Pas de sommeil, insomnie ! 

Je sais que je ne publierai pas cette note, que je cliquerai sur "enregistrer", et je la garderai pour moi seule, dans mon jardin secret. Mais qui sait ? Quelqu'un d'autre ou quelque chose forcera la serrure, affichera au grand jour ma petite blessure, publiera mon texte avec ses hésitations et ses ratures .. 


Mon coeur est au pays des merveilles (ép 21)





Épisodes précédents :  12345678910111213141516171819, 20.


L'aéroport de Djeddah était beaucoup mieux que celui de Médine, mais sans être vraiment luxueux. Cette fois nous avons été fouillés assez minutieusement, une dame de forte corpulence, au regard sévère et au visage impassible se chargeait du contrôle des femmes, non ça va on est gentilles, on n'est pas des trafiquants d'or, on n'a pas assez de sous pour ça ! La bonne nouvelle de la journée était donc que notre avion allait faire un retard de quatre heures, les rayons du free shop ont beau être garnis, ça ne pouvait pas nous occuper plus que ça ! Après avoir ingurgité quelques morceaux de chocolat et roulé des yeux fatigués sur l'assistance j'ai repéré un lieu réservé à la prière avec une partie pour les femmes et une pour les hommes. Vu que je n'ai pas eu l'occasion de faire salat al fajr à cause du voyage, je me suis précipitée à la recherche des WC. Je pensais que ça n'allait pas être compliqué, mais une fois fait mes ablutions, et en voulant retourner auprès des miens, je me suis un peu perdue. Il y avait trop d'escaliers à prendre, trop de détours, d'ascenseurs, et puis la fatigue qui m'a fait perdre un peu de lucidité. Soudain le spectre tant redouté de la perdition s'est profilé à l'horizon, je constatais avec effroi la triste réalité : j'étais perdue dans ce grand aéroport, encore une fois je me suis égarée ! L'avantage cette fois est que je suis seule dans ce pétrin, je n'ai pas à culpabiliser d'avoir entrainé quelqu'un d'autre avec moi. Au bout de quelques minutes de panique, et de regards épouvantés à la recherche d'un visage familier, j'ai retrouvé la file de notre groupe, enfin les retardataires. C'était l'une des plus grandes joies de ma vie ! 

Une fois que j'ai fait la prière, je me suis allongée à même le sol avec ma tante. La moquette était très sale et pleine de déchets, triste témoin des grignotages irresponsables des passagers, j'ai fermé les yeux, ce n'est pas très commode de dormir dans cette posture, mais la fatigue l'a emporté sur mes soucis de petite fille gâtée. On n'avait pas dormi de la nuit, si ce n'est quelques moments de délire au bus. Je ne pouvais pas m'abandonner complètement au sommeil, je redoutais de rater l'avion, aussi je me réveillais sans cesse en sursaut pour guetter l'heure, et entre deux clignements j'entrevoyais cette femme de ménage aux traits asiatiques qui nettoyait un peu cette plage sur laquelle mon corps fatigué a échoué. Finalement on était en retard, on était les derniers à passer. Je me souviens encore de cette longue file pour enregistrer les bagages, mes bonnes vieilles dames ont encore perdu la tête, il y avait de l'électricité dans l'air, et le moindre frôlement d'épaule, le moindre dépassement "illégal" représentait cette étincelle fatale qui allait mettre la place à feu et à cendres. Mais à coté, un groupe d'égyptiens faisait encore plus de bruit que mes coreligionnaires, ils criaient tous au même temps, si bien qu'il était impossible de connaitre la raison de leur différend, mais une chose est sure : leur vue offrait encore un spectacle désolant, passons !

La surprise était qu'il n'y avait aucune limite sur le poids des bagages, et mon père a pu garder ses quelques riyals prévus en cas de besoin. Et aujourd'hui, loin de m'en émerveiller je me dis comment peuvent-ils tolérer le risque d'une surcharge qui peut être fatale aux passagers ? Je pense qu'il doit y avoir une explication "scientifique" de la chose, toujours est-il que sur le coup ça nous a enchantés, on n'allait pas perdre encore du temps, on est vite passés. Enfin nous voilà installés dans l'avion avec des sentiments mitigés. La joie de rentrer chez soi, auprès de ceux qu'on aime, et le regret de voir son aventure achevée, de devoir quitter cette terre si chère et si sacrée... L'avion du retour n'avait rien du gigantesque Airbus qui nous a mené à Médine quinze jours plutôt et c'est tant mieux. Le voyage m'a paru beaucoup plus agréable et léger cette fois. Entre le repas délicieux et le sommeil envoutant qui s'est emparé de nous, je n'ai pas vu le temps passer. Nous voilà arrivés enfin, le coeur battant, je franchis cette porte vers laquelle tous les regards étaient tournés, ma mère, mes soeurs accourent, mais ma tante est la première à se jeter sur moi, les yeux humides, c'étaient des larmes de joie, des larmes .. d'attente, elle aurait aimé y aller, en attendant elle voulait être la première à humer cette bouffée d'air venue de là bas et s'en imprégner .. 



Un flot d'embrassades et d'accolades, des photos, des flashs, des sourires, des larmes, des questions, des exclamations, un retour très bruyant, avec mes tous petits neveux en prime, encore bébés de quelques mois, j'étais aux anges de tenir ma petite Eya et de la serrer tout contre moi .. Et puis me revoilà à la maison, et puis c'était fini l'enchantement .. Passent les jours, et chaque soir après la prière du maghreb, toujours à la même heure, je fondais en larmes, j'avais le mal du pays, Médine me manquait trop, j'y ai laissé mon coeur, je suis restée sur ma faim, le prétendu voyage qui devait durer deux semaines était en fait réduit de deux jours, et puis j'avais le sentiment que j'aurais pu mieux profiter de mon temps, j'aurais pu faire les choses autrement, plus intensément, non je n'avais pas profité comme il le faut de cette chance unique en son genre, pour diverses raisons .. 


Passent les jours, me voilà de retour à mon bureau désolé, me voilà marchant dans les rues de ce qui est supposé être mon pays, un pays où je ne me sentais plus l'envie de vivre, le spectacle de la vie qui s'arrête à l'heure de la prière me manquait tellement, le spectacle des femmes s'habillant décemment contrastait trop avec mes compatriotes habillées un peu, beaucoup ou pas du tout, j'étais dégoutée et c'est tout ! L'air de mon pays m'est devenu insupportable, tout ce à quoi je m'intéressais avant me semblait banal, méprisable, les heures passées sur Facebook ou sur des forums à faire des débats interminables, une seule destination primait dans mon coeur, mes yeux étaient désormais rivés sur cette ville qui m'a enchantée, c'était mon plus grand coup de coeur, je pleurais et je songeais amère, combien devrais-je attendre pour te retrouver ? Comment ferais-je pour patienter, pour me remettre de ma perte .. celle d'être dans la ville sacrée, à deux pas du prophète salla Allahou alayhi wa sallam, comment faire pour oublier ? J'étais inconsolable ... 


Et les images s'enchaînaient, les moments magiques, les sensations intenses se succédaient, je me rappelle du tout début, de la joie mêlée de larmes quand on a atterri saints et saufs sur la terre sainte, de l'impression que m'ont fait ces hommes sortis tout droit d'une arène de gladiateurs, de la bienveillance des habitants de Médine, des batailles rangées autour de l'ascenseur, de la visite de la Mosquée, puis du prophète salla Allahou alayhi wa sallam, de cette gigantesque mosaïque asiatique, africaine et humaine qui s'est offerte à mes yeux, je me souviens de cette pluie diluvienne qui s'est abattue sur nous, puis du temps qui s'arrête au son d'Allahou akbar, des boutiques qui ferment, des jouets qui restent accrochés se balançant au rythme des pas précipités. Et je revois Makka, la kaaba somptueuse, majestueuse, puis mon égarement, mon effarement, mes coups de gueule, mes coups de coeur, ce petit garçon, mon fiancé de cinq ans, je me souviens de Djeddah, de cette perte de temps, et puis ce tourbillon de sentiments, du vol des pigeons, de ces enfants qui vendaient des objets dérisoires, de ces regards noirs, de ces membres amputés, de ces créatures désolées, de ce gigantesque chantier qui s'est bâti en un clin d'oeil, je me souviens de mes invocations, je me souviens d'une prière, de ce souhait, celui d'y retourner ... à cette terre sacrée. Mon coeur n'est plus à moi, je l'ai laissé là-bas, au pays des merveilles ...

Le voyage est terminé, merci à tous ceux qui m'ont accompagnée tout au long de l'aventure, merci pour votre fidélité, je vous souhaite à tous de faire l'expérience personnelle et privée de ce voyage au charme inégalé, au secret profond et sacré !