Mon 2010



Elle s’appelait 2010, fille du temps, produit de l’Homme, codification absurde pour donner un semblant d’organisation et de bon sens à la vie chaotique  que mènent les humains. Elle aurait pu s’appeler autrement, je lui aurais donné un bien joli nom : Tsunami par exemple. Car l’année 2010 était un Tsunami pour moi, un Tsunami d’émotions et de larmes, j’en ai versé des litres et des tonnes, elles étaient comme la pluie parfois torrentielles, interminables, parfois fines, silencieuses et calmes, mais toujours là, abondantes. L’année 2010 est celle où j’ai pleuré le plus de ma vie. Non je n’ai perdu aucun membre de ma famille, je n’ai échoué à aucun examen ou concours, je n’ai essuyé aucune perte quelle quelle soit,  mon problème c’est juste elle, "ce dont on ne doit pas parler", vous savez.. la S… En plus ce n’était pas juste des larmes de tristesse et de souffrance, c’était toutes sortes de larmes : satisfaction, bonheur, excitation, reconnaissance, amour, délivrance, fous rires et peur... j’en ai versé avant hier, je regardais un film, ils ont montré une tombe, un enterrement et hop deux petites larmes ont coulé immédiatement, des larmes de peur, de désolation sur le sort qui m’attend un beau jour, quand mère terre m’engloutira, puisse Dieu avoir pitié de moi… et de vous !

2010 c’est aussi l’année où j’ai dormi le moins, mon corps n’a jamais autant souffert, pauvre cœur euh corps ce qu’il a enduré, tous les jours à se lever avant 6h, à courir , à aller et venir, à parcourir des kilomètres à pieds (ça m’a usé quelques souliers), à rentrer meurtri, à veiller tard parce que sa propriétaire est amoureuse de la nuit, elle aime bien veiller avec quelques amis virtuels, à facebooker, à faire ses numéros habituels, puis enfin il est minuit, il se repose, une courte pause avant de reprendre de plus belle sa course infernale...

Car 2010 c'est aussi l’année de toutes les routines, tel un automate ma vie, mon temps, tout était déjà tracé et je devais suivre cette feuille de route  qui commence à Bizerte et se termine à Tunis, dans les entrailles de la ville mais pas forcément de la vie, je me suis sentie plutôt morte dans ce bureau et souvent je me suis demandé si je pouvais continuer ainsi, à travailler dans cet établissement publique qui ne correspond pas à mes envies. Seulement voilà, je n'avais pas une autre alternative, et je n'avais aucune envie d'entrer dans un nouveau cycle d'hibernation alors j'ai continué à mener cette lutte perpétuelle toujours renouvelée, jamais épuisée.

En 2010 j’ai appris à dormir dans un bus, à dormir debout, à écrire un poème debout, à entendre des histoires à dormir debout et grimacer un sourire forcé, en 2010 j’ai appris le langage des sacs et des coudes, cette lutte au grès des rues et des piétons dont certains ne savent pas marcher et laisser marcher.. ils te foncent dessus et tu n'as qu'à les bousculer, en 2010 j’ai appris à quel point mon pays est sale, la Tunisie ça pue, ça pue la Tunisie ( deux phrases différentes), j’ai appris à anticiper un scénario de braquage ou pis encore et préparer mon sac à la contre attaque, j’ai appris à profiter de l’obscurité du soir pour pleurer tout en pressant le pas vers la gare, à me sentir la plus malheureuse créature de la Terre et à pointer ma face encore humide 10 secondes plu tard devant le guichet pour prendre un ticket (et oui spécialité bizertine : abonnement + ticket), j’ai appris à ne pas avoir le temps ni l’espace pour pleurer à mon aise, bon sang, j’ai appris à jeûner de 7h à 13h, à regarder ma montre 36 mille fois par jour  ou par heure (encore un record ), j'ai appris  enfin  à m'approcher de l'autre, lui parler, à avoir des amies dans le bus prêtes à changer leurs tickets de 14h contre le mien de 15h et essuyer les commentaires  du chauffeur décidément de mauvaise humeur. En 2010 j'ai appris à partager.. avec vous mes secrets et mes blessures, j'ai appris à écrire mon agonie et mes plaisirs. En 2010 j'ai appris à haïr ... les fumeurs, les voleurs, les kidnappeurs et la censure.

2010 l'année où j'ai passé le plus de temps devant le pc, l'année où j'ai pleuré le plus, dormi le moins, regardé ma montre, signé des autographes ( une moyenne de 4  autographes par jour pour les fans hhhhhh), marché, couru, gagné de l'argent aussi, je viens de m'en rappeler, c'est pas que le salaire est génial, c'est que j'ai tenu pendant douze mois voilà ! 

Que me reste-t-il de 2010? Le premier jour au boulot quand j'ai voulu m'enfuir, courir très loin et dormir...  mon adorable nièce de quelques mois, le jour où elle m'a regardée de ses yeux bleus étincelants pour la première fois, où elle m'a vue carrément et m'a souri pour me dire qu'elle me reconnait, qu'elle  me connait, qu'elle m'aime et sait que je l'aime aussi...  quand ma supérieure a accepté de signer mon congé, quand j'ai sauté sur elle et je l'ai embrassée...  quand j'ai vu ce gigantesque airbus qui allait m'emmener pour la première fois hors de ma Tunisie, le décollage, l'atterrissage, la guerre des bagages, la Médina, Makka, quand j'ai perdu le chemin avec une vieille tante à charge, ce moment cruel et mortel où j'ai cru ne plus revoir mon pays et mes bien aimés, où j'ai cru me perdre à jamais ! Le retour, Fullah et ma belle jellaba, l'étreinte de ma tante, l'horrible retour à la vie "normale", mon coeur laissé au pays des merveilles,  mon agonie au travail, mes déceptions amico sociales,   le mois de juin si clément, l'été la navette horrible martyr se renouvelant, l'énorme coup de blues deux jours après mon anniversaire, cette confession que j'ai faite à un ami, le meilleur,  cette promenade nocturne à Nabeul, cette nuit seule à l'hôtel,  décembre chaleur étouffante, du jamais vu, souffrance et horreur à l'échelle de la nation, souffrance et solitude comme jamais, et à la fin, vers la toute petite fin, une rencontre ou plutôt des retrouvailles,  un moment de plaisir partagé, un coup de coeur comme je n'en ai jamais vécu, et puis .... désolée je ne peux pas continuer, 2010 c'est déjà fini !

5 commentaires:

Salam Prima :))
2010 c'est déjà fini ou peut être c'est seulement un zéro disparu et remplacé par un 1:P
ben je voulais dire 0->1 une itération enfin achevée, une étape passée et on arrive à avancer:))
inchALLAH 2011 soit meilleur, que 2011 t'apporte le bonheur qui peut te rendre la pluuuuus heureuse, que 2011....(nkhaliha da3wa fi serr khir :P )
(PS: moi aussi en 2010 j’ai pleuré le plus de ma vie;))
je t'embrasse pour ton 2010 achevé et je t'embrasse une autre fois pour ton 2011 déjà commencé:P

 

je suis émue ! bravo ma Prima , bon courage ,que Dieu te protège :)

 

je trouve bizzare que tu nous as pas parlé de la pénible traversée du pont mobile surtout quand des rafales de vent y soufflent... nsit? :p

 

Enfin t'es de retour :)
jolie note, comme toujours, et que le nouvel an soit meilleur que l'an passé et qu'il t'apporte bonheur et paix incha'allah ...
sinon tu crois que contre attaqué avec un sac (à moins qu'il contient une brique à l'intérieur :p) c'est suffisant pour se défendre ?

 

@ Agenda: salam ma soeurette merci infiniment, je te souhaite de même et que la paix soit avec toi + da3wa o5ra fi 9albi :p wellotf 3lik mel bké :)

@ Lili : merci soeurette, tu étais mon cadeau de 2010, ravie de t'avoir dans ma vie :blush:

@ Yosri : lool 3lech tfakkar feyya ? héki thahra el ghir ma na7ki de5la fel "l'été la navette horrible martyr se renouvelant"

@ Banafsaj : hiiii ey heyya heyya rja3t :p ça fait bizarre avant j'écrivais 2 article spar mois et personne ne s'étonne de mon absence, taw no93od jem3a ma nektebch twalli fiha enna :p

merci infiniment t'as rendu mon 2010 un peu plus beau :p

ah pour le sac 3andek el 7a9 ma ta3rafch saci 9addé youzen w chnowa n7ot fih loooool

 

Enregistrer un commentaire