Je voudrais mourir jeune

    Pas mal de fois dans ma vie, j'ai souhaité mourir dans l'instant, immédiatement, j'implorais Dieu pour qu'Il m'ôte la vie comme Il me l'a offerte si généreusement. Je l'invoquais à chaudes larmes pour qu'Il le fasse là tout de suite, maintenant ! Je me sentais sûre de moi-même, de ce que je voulais. C'était les pires moments de ma vie, les plus cruels, les plus durs, quand je voyais tout noir, tout rouge ou tout gris ! Quand la colère se mêlait à la rage et au désespoir, la solitude à l'indignation, à la déception, voire à la folie ! Oui des moments de folie , de grand vide et de faiblesse en somme, quand je ne me sentais plus la force  ni la motivation de continuer ...
    

   Hier j'étais dans un état proche de celui-là, un état de fatigue mentale et physique extrêmes. Que je sois fatiguée physiquement cela est un fait dont j'assume l'entière et l'exclusive responsabilité, si idiote que  je suis, que j'étais ! Je fais la navette tous les jours mais je ne dors pas assez  car j'ai l'habitude  maladive de naviguer sur le net tous les soirs à la rentrée du boulot. Alors au lieu de m'accorder des heures de repos, je préfère les gaspiller accrochée à mon ordinateur tel un robot ! Ma mère en a eu assez alors hier au petit matin, quand je me suis réveillée un peu tard, elle m'a littéralement crié que  je ne suis qu'une droguée telle les alcooliques, elle s'indignait de mon manque de responsabilité ! Et moi pendant ce temps là je souriais bêtement comme une attardée, je ne trouvais pas un seul mot pour me défendre, je savais qu'elle avait raison, mais de se faire "tirer les oreilles" à 27 ans cela m'a blessée profondément. 

    C'est ainsi que sans m'en apercevoir la mélancolie s'est incrustée sournoisement dans mon cœur, et petit à petit elle s'est transformée en une épaisse couche de tristesse, si bien que lorsque la pause déjeuner est venue, je me sentais la plus malheureuse créature que le monde ait connue ! Mais il fallait garder la face je ne pouvais pas craquer devant ma collègue au bureau, il fallait réprimer ces larmes qui menaçaient de jaillir de mes yeux, il fallait continuer à jouer le jeu et à faire semblant, oui j'étais aussi minable que ça ! J'étais malheureuse mais je ne pouvais même pas l'être à mon aise, je ne pouvais pas pleurer, crier, vider mon sac comme je le voulais ! Pire que ça, il fallait que je mange ce sandwich  qui ne me disait rien,  que je m'efforce à échanger quelques bribes de conversation avec la personne en face, que je risque un sourire crispé question de formalités ! Je me sentais si misérable pour diverses raisons :  je souffrais intérieurement d'une énième déception, je n'étais pas du tout épanouie ni satisfaite au travail, cela fait deux mois que je n'ai pu faire une tâche qui relève de ma spécialité, de mon diplôme. Je n'ai quand même pas enduré les deux ans de prépa, les trois ans à l'école d'ingénieur, et même un mastère pour rédiger, reprendre et encore reformuler des rapports, ni pour assister à des réunions de sexagénaires où tout le monde s'étonnerait de cette "gamine" voilée,  en jean et basket ! Non cela ne correspond pas à mes attentes ! J'étais malheureuse car en faisant le point sur ma vie, sur mon parcours, je me suis dit que je me suis planté, malgré tous mes succès, car le fait est là : je suis condamnée à passer toute ma journée dans un bureau du ministère à la capitale, sans pouvoir  vraiment utiliser mes réelles compétences ... alors si on ajoute à l'auto insatisfaction professionnelle un échec sur le plan relationnel et social, une désillusion, une déception touchant cet organe vital, eh bien on ne peut que succomber à ses blessures, s'écrouler devant le poids de tant de petits malheurs. 

    En fait je sais bien que je n'ai jamais eu de réels problèmes dans ma vie, mais je pense que tout est relatif, chacun sa perception des choses, chacun ses soucis. Ce qui peut me rendre folle de rage et de désespoir n'est que pures gamineries pour certains. Notamment ce jeune garçon que j'ai vu hier à la station et qui avait les pieds et les bras amputés comme pour me rappeler à quel point j'étais privilégiée ! 

    Bref, je suis montée dans le bus, je n'étais plus que l'ombre de mon ombre,fatiguée, abattue, je n'avais même pas la force ni le goût de lire ce roman que j'ai acheté, et cela m'effrayait : que je perde le goût même de la lecture c'est un mauvais signe ! J'ai posé ma tête sur le dossier de la chaise, j'ai fermé les yeux  et puis la mort est venue me caresser le visage, m'effleurer l'esprit, me chuchoter à l'oreille, alors j'ai tout de suite compris que je voulais mourir jeune ! 

    Ce n'était pas la première fois que j'y pense en fait ! J'aimerais bien mourir jeune même si je suis loin d'avoir la conscience tranquille devant Dieu,  que je ne me suis pas assez préparé au voyage ultime, mais je n'aime pas la vieillesse, je la redoute  mille fois plus que la mort ! Quand je vois des personnes âgées je me dis est-ce que je serais comme elles un jour ? Est-ce que j'hésiterai devant un escalier, est-ce que je tremblerai, aurai-je le souffle court ? Non je ne voudrais pas que cela m'arrive, je préfèrerais de loin mourir jeune si possible en Palestine et en martyr. Oui ce n'est qu'un rêve d'autant plus égoïste qu'improbable ! Car je devrais penser à ma mère, au chagrin que lui causerait ma mort, ce serait la perte de trop, il faut que j'arrête avec mes caprices, que j'arrête avec ma lâcheté, il faut que j'accepte mon destin avec courage. Pour l'instant je continue de respirer, mon cœur ne cesse de battre, le sang de la jeunesse coule dans mes veines et je compte bien m'en servir, mais si la mort me fait l'honneur de sa visite je ne pourrais que l'accueillir à bras ouverts et lui sourire...

8 commentaires:

Tout le monde a passé cet étape
normale..............
il faut du courage pour régler la note
du patience pour arriver au maximum
finalement c'est dur mais ça reste du suspinse
comme du poivre...............

 

c en fait une réalité malheureuse qui concerne les diplomés en tunisie, rares sont ceux qui ont la chance de travailler vraiment dans leur domaine et surtout d'aimer leur travail mais malgrè tt tu as de la chance par rapport aux autres tu n'as pas de soucis financiers par exemple cependant je comprebd parfaitement le vide que tu ressens et je te dis, par expérience que tu n'as pas encore goutté au bonheur de rencontrer l'ame soeur et d'en etre amoureuse, tu te sentiras complète et crois moi rien que pour ça la vie vaut la peine d'etre vécue. courage ma chère, ta soeur jumelle

 

salam Prima :) ça m'a attristée de lire cet article, on sent toute la mélancolie, le désespoir et le pessimisme.. j'espère que tu te sens mieux maintenant :)
T'es pas la seule à passer par des moments pareils, je t'assure.. sauf que parfois, de tels épisodes deviennent de plus en plus fréquents et on ne voit plus rien de beau dans tout ce qui nous entoure ... mais parfois j'attribue ceci à un manque de foi ! oui ! je pense que quand on s'attache plus à Dieu, on comprendra le vrai sens du mot "tawakkol" et "ridha".. je ne t'accuse de rien et je ne te blâme pas , c'est un sentiment que je ressens à chaque fois où je me trouve désepérée , je culpabilise ..
à vrai dire, quand il s'agit de boulot,je comprends que la petite fillette intelligente, habituée à réussir chaque année avec mention très bien, soit aussi déçue par son parcous professionnel qui lui n'offre rien en fait .. je t'assure que moi aussi, je passe par ses moments d'insatisfaction , quand je fais une garde aux urgences ( garde non payée ) et que je me trouve face à un homme ivre .. je me sens tellement humiliée..fatiguée.. et je dois réister jusqu'au beau matin pour aller directement au service où je travaille, pour assister à la visite et exécuter les ordres de mon assistant,travailler comme une dingue jusqu'à midi comme si j'étais un robot avec des pouvoirs extraordinaires .. je sens qu'on tire profit de moi .. mais je me tais .. c'est la vie d'un interne ..
autre point important qu'a cité ta soeur jumelle : la solitude ! c'est pas le fait de se trouver seule, mais c'est le fait de ne pas trouver encore son âme soeur ! quoiqu'il arrive, et bien qu'on prétende qu'on soit patiente , c'est une nécessité ! une femme a besoin d'un homme ! Dieu l'a crée ainsi avec ce besoin et cette faiblesse .. avoir cette sensation de paix et de sécurité permettra de surmonter certes plusieurs de ces difficultés..
Reste à dire, que d'ici ce moment là, il faudrait plus travailler à encore se rapprocher de Dieu, je sais que le théorique et les conseils on est tous aptes de les énoncer et que la pratique est tout à fait différente, mais je me dis que s'en rappeler soulage et incite à les réaliser ..
Allahou al mosta3an
Salam

 

"qui lui n'offre rien en fait " : c du Français ça ? huhlol
je voulais dire " qui ne lui offre rien " :shy:

 

objectivement: magnifique texte :) tu écris super bien, dans un très beau français.
"subjectivement": moi aussi j'aimerai mourrir jeune, juste pour ne pas me voir dans le miroir ridée et fragile! mais j'ai aussi soif de la vie, dans le sens ou j'ai encore des choses a voir, encore des choses a realiser, meme si aujourd'hui je ne fais rien de ce que j'ai envie de faire.. mais j'ai appris que dans cette vie, il y a un temps pour tout et il faut pas se presser,parceque meme les moments qui nous semblent des moments morts, sont les moments qui construisent la vie.
je te souhaite donc la vie, prima, pas comme tu la veux, mais comme Dieu la veut pour toi, persuadée qu'elle sera meilleure pour toi :)
s777 ;)

 

Prima, as much as I enjoy reading you I was little bit worried after reading your article this time. Almost everything I wanted to say was said in the readers comments and I couldn't have said it better than your friend "LiLi". What makes me feel better though is that you are still writing and that is a good thing. Please keep writing and if you can't then at least talk to someone. Whatever you do I encourage you to not keep these kind of thoughts to yourself because that's when they become really destructive.

LAX

 

@ hamma : oui c ça la vie 7low w mor 7ata yet3ada la3mor :)

@ Amina : on a déjà parlé au tél w 3al nife :p

@ Lili : ma chère lili que de belles paroles, que de sagesse, merci de partager avec moi ton expérience ça m'a vmt touché ! Tu sais je savais très bien que mon article peut montrer un manque de foi ou une fragilité sur ce pt là, mais en fait j'ai pas tt dit, par exemple ma conscience n'était pas tranquille vis à vis du boulot, car meme si y a pas qq chose de concret à faire, je devais utiliser mon temps fi 7ajet toslo7, lire des docs .. j'étais en qq sorte furieuse contre moi même, désenchantée à la fin :D ena 7amdoullah iméni bRabi 9wey, surtt en ce qui concerne l'ame soeur .. mais parfois je manque de patience peut etre je suis trop curieuse de savoir, juste savoir qui sera l'élu de mon coeur, où habiterais-je ... :p et puis l'être humain est très faible en fin de compte c pk il peut sombrer dans de tels états d'âme .. ça fait partie de sa nature :') mais comme tu l'as si bien dit : il faut profiter de cette période pour s'approcher de Dieu !

@s777 : hihi merciiiii ma chère et au fait t'as pas le droit de souhaiter mourir jeune elotf 3lik t'as oublié que t'as deux futurs hommes à élever ? Moi aussi je te souhaite la VIE (c beau comme expression ) :)

@LAX:tu sais j'ai un peu pensé à toi après avoir écrit cet article, tu veux me voir épanouie heureuse .. mais dima tel9ani jawwi souffrance loool yes I'm still writing so I don't need to "talk to someone" and by someone I hope you don't mean Docteur slimen labyath hein ? looool just kidding, don't worry about me, it's just life sometimes it's wonderful, sometimes it's unbearable, hey this is Planet earth it's not Paradise yet :D


enfin merci à tous chokran 3ala 7osn el mouteba3a wal ehtimem wa ila elli9a2 :p

 

@Lax: thanks :)

@Prima : merci ma chère, tout le plaisir est àmoi, j'aime bien ce que tu écris et je sens que tu me donnes la chance pour m'exprimer moi aussi :)
je te souhaite plein de bonheur :)

 

Enregistrer un commentaire