La faim du début




La fin ressemble tant au début, je me retrouve devant cette page blanche, j’avance puis je recule. Je viens aujourd’hui comme je suis venue le premier jour, hésitante, je me demande : qu’est-ce que je vais pouvoir bien écrire ? Pour qui ? Pourquoi ? Sauf que depuis le temps, j’ai perdu beaucoup de ma curiosité, de ma patience  et de cette chose merveilleuse qu’on appelle : "passion", qui nous pousse vers l’avant. J’ai perdu l’excitation anxieuse de l’aventure,  ces palpitations du cœur à chaque fois que je me mettais à l’écriture, j’ai perdu le charme des débuts, quand on ne sait pas encore quelle sera l’issue...

Mais ça ne fait rien, j’ai grandi avec le temps. J’ai changé, je ne suis plus un mais deux, bientôt trois si Dieu le veut. Avant je travaillais à Tunis, je faisais la navette, je galèrais, je venais vous raconter mes misères du quotidien et pleurnicher. Au fil du temps j’ai appris à écrire sans trop hésiter, cela devenait si naturel, ma plume devenait un peu plus belle, mes lecteurs plus nombreux, plus fidèles… 




Puis je me suis lassée de la Rêve-olution, de la politique, de l'actualité et de toute cette "masse" média dégoulinante d'insolence et de malhonnêteté. Puis je me suis retirée, puis je me suis souvenue que j’étais arabe (remarquez le mot "j'étais", non mais !), qu’il fut un temps où je lisais beaucoup en arabe, où j’écrivais de jolis textes en arabe, et puis j’ai essayé de renouer avec ma langue maternelle. A tel point que je ne postais plus qu’en arabe ou presque. Puis j’ai trouvé cela contradictoire d’écrire en arabe dans un blog qui s’intitule "Désenchantée" , un mot français, un corps étranger. Seulement voilà que beaucoup de temps a coulé sans que je n’écrive rien dans cet espace que j’ai voulu rebaptiser, allant même jusqu’à changer son design, ses couleurs, bref j’ai complètement défiguré la face déjà plus très nette de la "Désenchantée".

Alors finalement j’ai décidé de restaurer mon blog comme il l’était, car au final je n’allais pas y ajouter grand-chose, la vie, la paresse, le dégoût où je ne sais quel diable m’ont enlevé l’envie d’écrire, j’ai perdu ma passion … j’ai consumé les dernières gouttes de ma patience, alors autant faire honneur aux morts, respecter leur vie antérieure, j’ai commencé en tant que "Désenchantée", et c’est ainsi que j’aimerais finir l’histoire si fin .. est ! Je veux que les fidèles du blog s’y retrouvent, qu’ils retrouvent l’ambiance de jadis si jamais ils ont envie de s’attarder sur ce que j’ai écrit il y a un an, il y a cinq ans, il y a un siècle, il y a une éternité !

Tout de même il reste un sujet qui me tient à cœur et que j’aurais aimé vous en parler, l’alimentation et la santé. J’espère pouvoir vaincre ma paresse un jour et passer encore ce dernier message peut-être .. ça nous concerne tous. Sur ce, ma dernière pensée, je la livre sans retouches : j’aurais aimé continuer à écrire sur ce blog en arabe et/ou en français, car entretenir un blog, écrire des textes avec un minimum de qualité et d’intérêt, est une activité sérieuse, enrichissante, parfois épanouissante, un bon sport pour mon esprit et une thérapie pour mon cœur. Alors il y a un petit regret au final, un petit pincement du cœur, peut-être que j’ai arrêté d’écrire le jour où je me suis sentie impuissante, non écoutée, le jour où j’ai réalisé qu’on ne change pas le monde avec des textes gribouillés sur un blog que lit une poignée, que suis-je devant les géants des média mainstream ? Que puis-je contre la puissance dévastatrice de toutes ces télés pourries pilotées par « the Devil in disguise » ?

J’ai arrêté d’écrire parce que j’ai déposé les armes, je me suis lassée...

Je ne voulais pas que cette note soit triste ou mélancolique, apparemment c’est raté, bienvenue chez la "Désenchantée" :)


2 commentaires:

السلام عليكم
Tu n'es pas la seule Prima. Il y a une vague de lassitude qui a envahit plein de monde. Mais ça me manque de lire tes articles et ceux d'autres blogueurs . Je le dis sincèrement.
Il ne faut pas arrêter maintenant. Je pense que c'est le moment opportun pour essayer de garder cette bougie allumée malgré la tempête..
La poignée qui lit ces blogs, ça lui fait beaucoup de bien. لا تحقرنّ من المعروف شيئا
:)

Courage. J'espère lire bientôt de nouveaux articles.

 

وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته أختي الغالية

جزاك الله خيرا على الكلمات الطيبة

Moi aussi ça me manque de lire certains blogueurs, et ça m'attriste de voir des coins que j'aimais tant complètement abandonnés, ... on dirait que la lassitude nous a tous contaminés ...

"la bougie allumée malgré la tempête" très belle façon de dire les choses, c'est ce que j'essaie de faire ... الله المستعان

Enfin désolée de dire "la poignée qui lit le blog", c'est peu engageant envers ceux-là même qui me suivent et m'encouragent, votre fidélité qui me réchauffe le coeur et me pousse vers l'avant, je suis fière et reconnaissante envers chacun de vous.

Au plaisir de te recroiser chère amie :)

 

Enregistrer un commentaire