Je le veux, parce que c'est cher




Dimanche dernier je suis allée à Géant soi disant pour acheter des jouets à mon bambin d'un an et demi, qui par ses charmes naturels, a amassé une somme importante à l'occasion de Aid Al Fitr. Et là en passant devant les boutiques de vêtements, j'ai lu cette affiche alléchante chez "Extrême": "tout à 10 D". Et hop j'ai sauté sur l'occasion et j'ai oublié jouets et autres distractions. Le djihad du shopping a commencé. J'ai oublié fatigue et manque de sommeil. Quand il s'agit d'acheter des vêtements tous mes sens étaient en éveil ! 

Et là j'ai plongé, et en cherchant les meilleurs articles, je voyais défiler devant moi tous les beaux principes du minimalisme, tous ces blogueurs, ces youtubeurs, tous les livres lus de Dominique Loreau sur "l'art de la simplicité" et "l'infiniment peu", et je me suis dit, j'envoie valser ! Au diable ces beaux principes qui m'étouffaient. Laissez moi admirer ces belles tenues en toute liberté ! Il y en a pour tous les goûts, pour toutes les saisons, hiver comme été !

Bien évidemment j'ai essayé de me poser des limites, de restreindre mon budget et je n'ai acheté que sept articles. Quand je voyais le prix original sur l'étiquette, j'étais à la fois toute contente mais surtout étonnée. Franchement 200 D pour ce gilet, n'est-ce pas abusé? Et là deux jeunes femmes sont venues puis se sont enfouies en lançant à voix haute, "oh c'est quoi cette friperie d'El Hafsia; je n'en veux pas".

Bien évidemment, s'il n'y avait pas cette grande promo, ce destockage massif de la boutique, si les prix du moindre article étaient à trois chiffres, si le moindre pantalon, le moindre haut, les jupes, les robes coûtaient la fortune du début, eh bien ces mêmes femmes se seraient plus attardées sur cette boutique. Plus un objet est cher, plus il est convoité, désiré, admiré. On n'achète pas le modèle, ni le tissu, on n'achète même pas la qualité, on achète surtout la marque. Je ne sais quelle marque de voiture a décidé de doubler les prix suite à une baisse de vente, et là miracle ! Tous se sont rués sur la marque, si ce n'est du snobisme ! 

Cela me rappelle aussi quand j'ai demandé à mon fiancé "parisien" de choisir pour moi la bague des fiançailles et de me l'apporter de Paris. Victime que j'étais de ma timidité (je ne m'imaginais pas faisant les magasins avec lui à la recherche de la bonne bague, j'avais même honte de mes mains qui sont pourtant .. bien !), et surtout des films romantiques, et cette image emblématique du prince charmant genoux plié, qui tend une bague ultime symbole d'amour à sa bien aimée sur un pont parisien très fréquenté. Mon homme a voulu que je choisisse seule, mais j'ai insisté. Résultat : je n'étais pas satisfaite de la bague en diamant qu'il m'a apporté. Son modèle était trop recherché, je rêvais de quelque chose de plus classique, et d'une pierre plus grande, eh oui diamonds are girl's best friend :p

C'est après le mariage en faisant un tour à Souk Al Birka à Tunis, que j'ai compris toute l'étendue de mon erreur. Quand j'ai essayé d'estimer la bague et qu'on m'a répondu négligemment 300 D, euh quoi ? c'est un diamant que vous voyez là, ah donc c'est mille dinars ! Mais, Mr elle nous a coûté 1500 euros, j'ai la facture ! Mais Madame vous payez la marque, puis le salaire du bon petit parisien qui l'a fabriquée, puis le loyer dans ce quartier chic et prestigieux de Paris.

Pour ma défense, je n'avais aucune idée de la différence des prix entre Paris et ici, ma belle famille non plus. Mon homme m'a laissé le choix et a toujours été généreux envers moi. Aujourd'hui je n'achète presque mes vêtements qu'en période de soldes, mais j'exagère toujours. Je garde toutefois en mon esprit l'intime conviction que ces gros chiffres et ces prix complètement fous, se moquent de nous ! Il ne faut pas acheter des chaussures à 300 D quand quelqu'un n'a pas le sou !

Enfin, méfiez vous, usez votre argent pour faire des voyages à l'intérieur de notre belle Tunisie ou à l'étranger, pour acheter des cadeaux à vos bien aimés, pour participer à des actions de charité, enfin qui suis je pour vous donner des leçons? Eh la Désenchantée commence par te sevrer !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire