Mon coeur est au pays des merveilles (ép 21)





Épisodes précédents :  12345678910111213141516171819, 20.


L'aéroport de Djeddah était beaucoup mieux que celui de Médine, mais sans être vraiment luxueux. Cette fois nous avons été fouillés assez minutieusement, une dame de forte corpulence, au regard sévère et au visage impassible se chargeait du contrôle des femmes, non ça va on est gentilles, on n'est pas des trafiquants d'or, on n'a pas assez de sous pour ça ! La bonne nouvelle de la journée était donc que notre avion allait faire un retard de quatre heures, les rayons du free shop ont beau être garnis, ça ne pouvait pas nous occuper plus que ça ! Après avoir ingurgité quelques morceaux de chocolat et roulé des yeux fatigués sur l'assistance j'ai repéré un lieu réservé à la prière avec une partie pour les femmes et une pour les hommes. Vu que je n'ai pas eu l'occasion de faire salat al fajr à cause du voyage, je me suis précipitée à la recherche des WC. Je pensais que ça n'allait pas être compliqué, mais une fois fait mes ablutions, et en voulant retourner auprès des miens, je me suis un peu perdue. Il y avait trop d'escaliers à prendre, trop de détours, d'ascenseurs, et puis la fatigue qui m'a fait perdre un peu de lucidité. Soudain le spectre tant redouté de la perdition s'est profilé à l'horizon, je constatais avec effroi la triste réalité : j'étais perdue dans ce grand aéroport, encore une fois je me suis égarée ! L'avantage cette fois est que je suis seule dans ce pétrin, je n'ai pas à culpabiliser d'avoir entrainé quelqu'un d'autre avec moi. Au bout de quelques minutes de panique, et de regards épouvantés à la recherche d'un visage familier, j'ai retrouvé la file de notre groupe, enfin les retardataires. C'était l'une des plus grandes joies de ma vie ! 

Une fois que j'ai fait la prière, je me suis allongée à même le sol avec ma tante. La moquette était très sale et pleine de déchets, triste témoin des grignotages irresponsables des passagers, j'ai fermé les yeux, ce n'est pas très commode de dormir dans cette posture, mais la fatigue l'a emporté sur mes soucis de petite fille gâtée. On n'avait pas dormi de la nuit, si ce n'est quelques moments de délire au bus. Je ne pouvais pas m'abandonner complètement au sommeil, je redoutais de rater l'avion, aussi je me réveillais sans cesse en sursaut pour guetter l'heure, et entre deux clignements j'entrevoyais cette femme de ménage aux traits asiatiques qui nettoyait un peu cette plage sur laquelle mon corps fatigué a échoué. Finalement on était en retard, on était les derniers à passer. Je me souviens encore de cette longue file pour enregistrer les bagages, mes bonnes vieilles dames ont encore perdu la tête, il y avait de l'électricité dans l'air, et le moindre frôlement d'épaule, le moindre dépassement "illégal" représentait cette étincelle fatale qui allait mettre la place à feu et à cendres. Mais à coté, un groupe d'égyptiens faisait encore plus de bruit que mes coreligionnaires, ils criaient tous au même temps, si bien qu'il était impossible de connaitre la raison de leur différend, mais une chose est sure : leur vue offrait encore un spectacle désolant, passons !

La surprise était qu'il n'y avait aucune limite sur le poids des bagages, et mon père a pu garder ses quelques riyals prévus en cas de besoin. Et aujourd'hui, loin de m'en émerveiller je me dis comment peuvent-ils tolérer le risque d'une surcharge qui peut être fatale aux passagers ? Je pense qu'il doit y avoir une explication "scientifique" de la chose, toujours est-il que sur le coup ça nous a enchantés, on n'allait pas perdre encore du temps, on est vite passés. Enfin nous voilà installés dans l'avion avec des sentiments mitigés. La joie de rentrer chez soi, auprès de ceux qu'on aime, et le regret de voir son aventure achevée, de devoir quitter cette terre si chère et si sacrée... L'avion du retour n'avait rien du gigantesque Airbus qui nous a mené à Médine quinze jours plutôt et c'est tant mieux. Le voyage m'a paru beaucoup plus agréable et léger cette fois. Entre le repas délicieux et le sommeil envoutant qui s'est emparé de nous, je n'ai pas vu le temps passer. Nous voilà arrivés enfin, le coeur battant, je franchis cette porte vers laquelle tous les regards étaient tournés, ma mère, mes soeurs accourent, mais ma tante est la première à se jeter sur moi, les yeux humides, c'étaient des larmes de joie, des larmes .. d'attente, elle aurait aimé y aller, en attendant elle voulait être la première à humer cette bouffée d'air venue de là bas et s'en imprégner .. 



Un flot d'embrassades et d'accolades, des photos, des flashs, des sourires, des larmes, des questions, des exclamations, un retour très bruyant, avec mes tous petits neveux en prime, encore bébés de quelques mois, j'étais aux anges de tenir ma petite Eya et de la serrer tout contre moi .. Et puis me revoilà à la maison, et puis c'était fini l'enchantement .. Passent les jours, et chaque soir après la prière du maghreb, toujours à la même heure, je fondais en larmes, j'avais le mal du pays, Médine me manquait trop, j'y ai laissé mon coeur, je suis restée sur ma faim, le prétendu voyage qui devait durer deux semaines était en fait réduit de deux jours, et puis j'avais le sentiment que j'aurais pu mieux profiter de mon temps, j'aurais pu faire les choses autrement, plus intensément, non je n'avais pas profité comme il le faut de cette chance unique en son genre, pour diverses raisons .. 


Passent les jours, me voilà de retour à mon bureau désolé, me voilà marchant dans les rues de ce qui est supposé être mon pays, un pays où je ne me sentais plus l'envie de vivre, le spectacle de la vie qui s'arrête à l'heure de la prière me manquait tellement, le spectacle des femmes s'habillant décemment contrastait trop avec mes compatriotes habillées un peu, beaucoup ou pas du tout, j'étais dégoutée et c'est tout ! L'air de mon pays m'est devenu insupportable, tout ce à quoi je m'intéressais avant me semblait banal, méprisable, les heures passées sur Facebook ou sur des forums à faire des débats interminables, une seule destination primait dans mon coeur, mes yeux étaient désormais rivés sur cette ville qui m'a enchantée, c'était mon plus grand coup de coeur, je pleurais et je songeais amère, combien devrais-je attendre pour te retrouver ? Comment ferais-je pour patienter, pour me remettre de ma perte .. celle d'être dans la ville sacrée, à deux pas du prophète salla Allahou alayhi wa sallam, comment faire pour oublier ? J'étais inconsolable ... 


Et les images s'enchaînaient, les moments magiques, les sensations intenses se succédaient, je me rappelle du tout début, de la joie mêlée de larmes quand on a atterri saints et saufs sur la terre sainte, de l'impression que m'ont fait ces hommes sortis tout droit d'une arène de gladiateurs, de la bienveillance des habitants de Médine, des batailles rangées autour de l'ascenseur, de la visite de la Mosquée, puis du prophète salla Allahou alayhi wa sallam, de cette gigantesque mosaïque asiatique, africaine et humaine qui s'est offerte à mes yeux, je me souviens de cette pluie diluvienne qui s'est abattue sur nous, puis du temps qui s'arrête au son d'Allahou akbar, des boutiques qui ferment, des jouets qui restent accrochés se balançant au rythme des pas précipités. Et je revois Makka, la kaaba somptueuse, majestueuse, puis mon égarement, mon effarement, mes coups de gueule, mes coups de coeur, ce petit garçon, mon fiancé de cinq ans, je me souviens de Djeddah, de cette perte de temps, et puis ce tourbillon de sentiments, du vol des pigeons, de ces enfants qui vendaient des objets dérisoires, de ces regards noirs, de ces membres amputés, de ces créatures désolées, de ce gigantesque chantier qui s'est bâti en un clin d'oeil, je me souviens de mes invocations, je me souviens d'une prière, de ce souhait, celui d'y retourner ... à cette terre sacrée. Mon coeur n'est plus à moi, je l'ai laissé là-bas, au pays des merveilles ...

Le voyage est terminé, merci à tous ceux qui m'ont accompagnée tout au long de l'aventure, merci pour votre fidélité, je vous souhaite à tous de faire l'expérience personnelle et privée de ce voyage au charme inégalé, au secret profond et sacré !



5 commentaires:

Ya 7adda *********,
likoulli 9awlin ma9al, zamanoun wamakène,
barra ye7rizlik min chirtin, chahrou cha3bène,
wa mararatoun binihayati sardi "nafa7atin min bayti arra7mène",
fa3alayki salamoun wa amène,
wata9abballa allahou minna wa minki bilghoufrane,
waraza9ana wa iyakoum azzyarata bijahi hatihi alayami al7isène ...

amma ba3d, aya chid 3andik, 3 ni9at wahya kal èti :

1- comment tu as pu te perdre alors qu'à l'aéroport de Djeddah (idha ma5anitnich edhakra, kirmik allah) la salle de prière est au RDC, quand tu rentre à droite tout au fond et juste à coté à 5 mètre max ce qu'il faut pour les ablutions (billamara famma 9ahwa juste à coté, kanchi ana 5arraft, whadhika lirrijali fa9at lolololol)

2- tu as conclu par, je te cite : "Mon cœur n'est plus à moi, je l'ai laissé là-bas, au pays des merveilles ..." wkan sadda9ni rabbi hannharin 9ritlik ma9al madhroub bissafoud 7azzani ghiratan wa ghaydhaaaaaaaaaaa fhmitni walla, you3abbirou 3an achyè tarallalli fibaladi ettbib ez9oulli lolololol
aya tawa othbotli rou7ik kirmik allah lolololololol

10- walayça a5irane, j'en avais parlé avant je crois, amma irjou3 lillah, ka3rère chwya maysalich tawlou balkoum m3aya, s9ifti twalit wnadhri ytouch tachène, echahid kirmik allah 7adda ********* bnayti, "ya tayba" est une très belle chanson reprise par le groupe de "touyour aljanna" (du moins c'est la version que tu choisi toi), mais je te fais découvrir une autre version, la même musique pour des paroles différentes aussi envoutante ..

ya makkah : "http://www.youtube.com/watch?v=QU8ozYrXHBE"

Et je saute par la même sur l'occasion pour faire mon crâneur et de la pub 3la tourathna attounsi al açil, ala wahouwa annachid addini assoufi ce qu'on appelle communément assoulamya/al3issawya/al7adhra .. etc inti wiljihat. w makkah w m9am errassoul (saws) 5dhaw nasibhoum mina alaghani hadhi minchyou5na li9dom kima 3abd elmadid binsa3d w 3li elbarra9 wghirhoum ra7mit allah 3lihoum w7atta mijdoud kima ma7moud 3ziz winnassir el3ibdelli w7atta a7mad jelmem, echahid, nachidine i5tart'houm mouch min baba al7asr,
(pour les plus curieux, je vous invite vivement à aller découvrir une page FB très riche et très enrichissante "El HADHRA" une mine de trésors tunisien, sinon une autre mine d'or 3ala attourath al açil biçiffa a3am "http://www.sama3y.net/forum/", il y a une section pour attarab attounsi al açil et ça va milgoussiba wissal7i listambali wissoulamaya en passant par ilba7th almoussi9i wawlad limnajim was7ab elkilma .. ya 7asra ya 7asra héééééééh)

"chou9ik nadana" : "https://www.facebook.com/video/video.php?v=1362226531326"

"ya sa3d mène" : "http://www.youtube.com/watch?v=5T1j22YuzsA"



aya annistoum ya chabab al3oula,
7atta yajma3ouna bikoum li9a,
bi idhni rabbi al ardhi wassama,
salamoun 3alaykoum wa3alayna ...

 

Si vous étiez parmis les derniers à enregistrer les bagages peut-être qu'il y avait de la marge... D'où le geste. Maybe.

Super récit, je te souhaite d'y retourner et bien sur que tu ne te perdes pas.
Qu'Allah t'entende pour ta conclusion :)

À +

 

@ el chi5 t7ifa : 9oulha misselech 7adda el cherriraaaaa :D

وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته

ماو لاباس ضربتك السخانة؟ هههه

1/ ما نعرفش مانيش حاطة بوشقيفة في مخي أصلا نسيت الأحداث كيفاش صارو بالضبط

خانتني الذاكرة :/

أما يظهرلي كي مشيت نتوضى خليت الجماعة شادين الصف معناها لفوق كرمك الله :/

:p

2/ إمالا بش نقلك كيما قال وجدي غنيم لأيتام فرنسا : قل موتوا بغيظكم
هههههه

3/ شكرا عالمقطع أما أنا قلبي خليتو خاصة في المدينة ميسالش؟

:D إلي عملتهالي في محلي نقلك بدون تعليق وإن شاء الله لاباس pub intempestive وبالنسبة لل

على كل مرحبا بيك وشكرا على حسن المتابعة والاهتمام

ومرة أخرى قل موتوووووا بغيظكم

والسلام

@ Khaldoun : Merci pour ta fidélité, émin à tout ce que tu dis :)

 

Ma prima, que se passe-t'il??

 

Ma TM aujourd'hui j'ai eu beaucoup de plaisir à lire tes trois dernières notes, enfin là il y a une 4ème, machAllah, parfois c'est dur de suivre ton rythme :D

tu m'as manquée, et que se passe-t-il ? Bon c'est vrai que je suis devenue beaucoup trop silencieuse hein ? :D j'ai perdu ma muse, ou je ne sais quoi :p

 

Enregistrer un commentaire