Mon coeur est au pays des merveilles (ép 15)





Épisodes précédents :  12345678910, 11, 12, 13, 14.


Makka 27 et 28 mars 2010

Réveil à l'aube, j'entrevois la silhouette de mon père en train de prier dans le petit bout d'espace libre de cette chambre conçue pour deux personnes mais que la cupidité des hommes a réduit en une cage à trois hiboux .. C'était un doux réveil, pour la première fois de ma vie j'allais faire la prière d'el fajr dans une mosquée. Et quelle mosquée ! La meilleure ! ici, il n'y aura pas les espions de Ben Ali pour dresser les listes des criminels coupables d'alléger la solitude des mosquées délaissées en général, et surtout en ces heures matinales .. 

A Makka on entend l'appel à la prière une heure avant la prière effective. En fait, ce premier appel est une invitation aux croyants à délaisser un peu leurs lits pour se prosterner devant leur Créateur avant l'aube, en ce temps si précieux et précis, pour avoir un rendez-vous intime, quand tout le monde dort, quand les derniers souffles de la nuit enveloppent les coeurs et les corps, .. autant se lever pour crier toute sa faiblesse à Celui qu'on adore.. Ensuite vient le deuxième appel, cette fois on a intérêt à y aller, et se dépêcher, à sortir vite fait pour emplir ses poumons de cet air spirituel et frais .. C'est ainsi que je me suis retrouvé marchant à coté de dizaines d'hommes et de femmes, de centaines d'âmes sans armes, se dirigeant vers un ultime lieu, nourrissant le même souhait : Que Dieu nous accepte dans son infinie Générosité .. 

Avant d'arriver au Haram, nous avons traversé un terrain vague, où les pigeons s'abattent par centaines avant de voltiger au dessus de nos têtes émerveillées .. et j'ai remarqué la présence de femmes toutes de noir vêtues, les visages couverts, s'amoncelant ça et là, se préparant à je ne sais quoi .. Finie la prière, le coeur gonflé  de paix et de bonheur, nous avons repris le chemin du retour, et j'ai observé, yeux écarquillés, le spectacle désolant et désolé de ces femmes en noir, étalant leurs marchandises alors qu'il fait encore un peu noir, par cette heure si matinale, venir ici si tôt en espérant gagner sa vie grâce aux flots allant et venant des fidèles, non mais quelle vie ! Pauvres âmes, nous on est joyeux de retrouver nos lits moelleux alors que elles .. doivent s'agenouiller à même le sol, crier leurs articles chinois minables et puis attendre qu'on veuille bien s'attarder devant leur marché ambulant et improvisé.

Mais la lueur du jour allait me dévoiler un spectacle encore plus désolant : celui de ces femmes et enfants noirs aux membres amputés, handicapés ou pas, je ne sais pas ! Mais de les voir .. ainsi exposés sous un soleil de plomb et sur eux se posant mille regards indifférents, la misère incarnée à quelques mètres de ce lieu sacré ! Sont-ils des victimes ou juste des profiteurs ? Sont-ils des martyrs ou une espèce de manipulateurs ? Qui sont elles ces femmes, ces jeunes aux faces africaines ? De quel village éthiopien se sont elles enfuies ? Quelle guerre civile les a-t-elle précipités dans ce pays ? Sont-ils d'origine saoudienne ? Cette main qui n'est pas là a-t-elle été coupée parce qu'elle avait un jour volé ?  Ou n'a-t-elle jamais vu le jour ? Comment survivent-ils dans ce monde de vautours ? Qui de cet homme pathétique, de cette femme à l'air méchant, de cette fille au regard insistant mérite mieux mon argent ? Et encore, il ne me reste plus que quelques malheureuses pièces, j'ai tout dépensé à la Médina ou presque ! Et je n'ai pas fini d'acheter des cadeaux, ah mon Dieu tout ça n'est pas bien beau !

Tout le long du chemin je n'arrêtais pas de me demander, est-ce que ces misérables ont été châtiés ou simplement handicapés ? Et s'ils étaient châtiés conformément à la loi divine (que je soutiens entièrement) est-ce que c'est bien mérité ou est-ce une punition injustifiée ? Je sais que partout dans le monde il y a des mendiants, mais en Arabie Saoudite ce sont des mendiants privés de quelques membres, il y en a même qui n'avaient pas de mains pour recueillir l'aumône, .. Plus tard, la visite des lieux sacrés du hadj allait me fixer dans mes idées : il semblerait que ces pauvres gens sont handicapées de naissance .. 

En effet, nous avons suivi le circuit que font les pèlerins lors du hadj, et il y avait un endroit (je ne me rappelle plus de son nom), un terrain vaste et puis une petite colline, au sommet de laquelle il y avait un bloc blanc sur lequel certains superstitieux inscrivaient leurs noms, car disait-on, celui qui fait ça était sûr de retourner pour faire le hadj .. n'importe quoi ! Pour arriver au somment, on prenait des escaliers de pierre, et au gré des marches on rencontrait les mêmes visages aux membres ... absents, un peu, beaucoup .. pas du tout. Il y avait aussi des marchands étalant différentes marchandises : colliers, jouets, dattes et tapis, il y en avait même qui vendaient de l'eau minérale bien frappée, elle était la bienvenue par cette chaleur!

Soudain j'ai vu un jeune garçon noir qui se tenait sur quatre .. "pattes" ?! Au loin on peut le prendre pour un singe déguisé, je l'ai observé de loin la première fois, je l'ai vu marcher à quatre, j'étais interloquée, puis fascinée .. et là je l'ai trouvé devant moi dans cet escalier, mais ce qui m'a choquée, ce n'est pas son air triste, son regard timide ou affecté, le beau garçon (car il était beau) était tout sourire, certains de ses amis l'ont même bousculé, il a chuté de quelques marches, j'étais morte de peur pour lui et d'horreur pour ce qu'il a subi, mais le jeune garçon, le bel africain s'est bien rattrapé, il n'a pas arrêté de rigoler, en répondant à ses "agresseurs" par des paroles enjouées...

Alors, en descendant les marches je me disais mais qu'est-ce que t'en sais toi ? Ce sont ses amis et ensemble ils forment une famille, ils sont jeunes et beaux, ils sont pauvres mais leur rire ne ment pas, que donnerais-tu pour avoir un de ces fous rires là ? Ces jeunes forment une famille oui, et c'est dans leur faiblesse physique qu'ils puisent leur force morale, ils sont unis et ils appartiennent à un monde que tu ne connais pas, alors observe, admire et tais-toi ! Naturellement je me taisais : l'indifférence des pèlerins m'a laissée bouche bée !

4 commentaires:

حبيب قلبي :') le bel africain

في انتظار البقية

 

Quelle matinée battuta !
L'alchimiste n'a qu'à bien se tenir...

 

lol, joli commentaire :)

 

Enregistrer un commentaire